CGI en bonne position pour affronter la récession, estiment les dirigeants

Lors de l’assemblée, le fondateur et président exécutif, Serge Godin, ainsi que Michael Roach, président et chef de la direction, en ont profité pour dévoiler les résultats financiers du premier trimestre.
Photo: Lors de l’assemblée, le fondateur et président exécutif, Serge Godin, ainsi que Michael Roach, président et chef de la direction, en ont profité pour dévoiler les résultats financiers du premier trimestre.

Groupe CGI ne devrait pas être affecté par la crise économique qui secoue depuis quelques mois plusieurs industries à travers le monde, ont estimé hier ses hauts dirigeants à l'occasion de l'assemblée annuelle de ses actionnaires.

La société montréalaise se trouverait ainsi en meilleure position que plusieurs de ses concurrentes du secteur des technologies de l'information, ont jugé son fondateur et président exécutif, Serge Godin, ainsi que le président et chef de la direction, Michael Roach.

CGI entame donc la nouvelle année confiante de ne pas être trop affectée par la récession économique, puisque 55 % des contrats qu'elle détient ont été signés à long terme, certains d'entre eux s'échelonnant jusqu'à 2012, voire même 2020. De plus, 30 % des contrats de la société ont été conclus pour des services fournis à des gouvernements, des clients dont les investissements en technologies d'information sont traditionnellement soutenus, a souligné M. Godin, assurant ses actionnaires qu'une grande part des revenus est donc garantie et récurrente.

«On peut considérer qu'environ 85 % de nos revenus peuvent être décrits comme stables et à long terme», a noté M. Godin.

Même si les nouvelles sont bonnes et que les dirigeants demeurent confiants, ces derniers ont néanmoins reconnu qu'ils ne peuvent pas prédire l'avenir. «Je ne crois pas qu'aucune compagnie ne soit complètement à l'abri de la récession, mais j'estime que nous avons une plus grande résistance à ces temps difficiles, en raison de la façon dont la compagnie a été construite et structurée au fil des années», a répété Michael Roach.

L'assemblée des actionnaires était aussi l'occasion pour CGI de dévoiler ses résultats financiers pour le premier trimestre de l'exercice 2009, lesquels témoignent d'une hausse de 11,7 % des revenus qui permet d'atteindre pour la première fois la barre du milliard de dollars pour un seul trimestre. Le bénéfice s'est, pour sa part, chiffré à 79,5 millions, en hausse de 10,5 % par rapport à 71,9 millions un an plus tôt. Le bénéfice par action a augmenté de 18,2 % pour atteindre 26 ¢, contre 22 ¢ l'année précédente.

La valeur des nouveaux contrats signés au premier trimestre a totalisé 775 millions. À la fin de décembre 2008, le carnet de commandes totalisait 11,4 milliards.

CGI a adopté un plan d'affaires dans lequel il conserve les mêmes orientations. La compagnie favorisera toujours la croissance interne, en premier lieu, suivie des acquisitions. Le rachat d'actions et le remboursement de la dette suivent au programme des priorités pour 2009.

Certains actionnaires se sont toutefois montrés déçus de ne recevoir aucun dividende, malgré les profits de 322 millions rapportés pour 2008. Le conseil d'administration s'est penché sur la question et a jugé qu'il valait mieux que la situation reste de la sorte, a expliqué M. Godin. «On garde l'argent, mais on veut s'assurer que CGI prendra avantage de toutes les possibilités d'acquisitions qui vont se présenter», a répondu M. Godin après qu'un actionnaire lui eut demandé pourquoi il ne recevait toujours pas de dividende.

Par ailleurs, CGI garde toujours espoir de doubler la taille de la compagnie d'ici trois à cinq ans, objectif qu'elle avait annoncé lors de l'assemblée générale de 2008.

À voir en vidéo