Marchés boursiers - L'énergie et l'or font grimper Toronto

Une bonne performance des secteurs minier et de l'énergie ont permis à la Bourse de Toronto de clôturer en hausse, hier, mais les inquiétudes au sujet du secteur financier ont jeté une ombre au tableau.

Les marchés new-yorkais ont terminé la journée de façon mitigée. La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a clôturé en baisse, notamment en raison des résultats décevants de General Electric. Les indices boursiers ont toutefois bénéficié des secteurs de l'énergie et des technologies.

L'indice composite S&P/TSX du parquet torontois a pris 141,41 points, à 8627,97, terminant la semaine avec une perte hebdomadaire de 292 points, ou 2,5 %. À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a reculé de 45,24 points, à 8077,56, perdant 204 points, ou 2,5 %, sur l'ensemble de la semaine. Le dollar canadien a gagné 1,46 ¢US, à 81,22 ¢US, après que Statistique Canada eut annoncé que l'inflation annuelle était tombée à 1,2 % en décembre.

«Les résultats financiers continueront de décevoir au sens le plus large du terme», croit John Stephenson, de First Asset Funds, qui estime que les attentes sont toujours trop élevées pour 2009.

Le secteur financier a été durement touché cette semaine sur les marchés torontois et new-yorkais. «Bank of America — on se demande même si elle survivra —, et Citigroup est un véritable désastre, a dit M. Stephenson. Ces compagnies ont implosé, et elles l'ont fait de façon si stupide et évidente. Je crois que c'est systémique. Il y a une culture du risque, une culture du gain à court terme à Wall Street et il faudra une bonne partie d'une génération pour changer cette culture.»

À Toronto, le secteur financier, qui avait déjà perdu 9 % cette semaine, a cédé 1 % de plus hier.

«Si la fin de semaine est un peu moins faible et meilleure que prévu, c'est qu'on a l'impression que la semaine prochaine des choses vont se passer à Washington», a indiqué Gregori Volokhine, de Meeschaert New York. «Il y a un petit espoir que, d'ici quelques jours, on commence à parler de mesures concrètes», a souligné l'analyste, ajoutant que cet espoir avait soutenu les valeurs financières.

«Bonne nouvelle», pour Peter Cardillo: les banques, massacrées cette semaine, ont montré hier le chemin de la hausse. Pour les analystes, le marché ne pourra repartir sur de bonnes bases sans une stabilisation du système financier. Bank of America a progressé de 9,3 %, Citigroup a bondi de 11,6 %, et JPMorgan Chase, de 5,1 %.

Le marché obligataire a encore baissé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans est monté à 2,62 %, contre 2,59 % jeudi soir, et celui à 30 ans à 3,33 % contre 3,25 % la veille.

À voir en vidéo