La Chine élève son seuil de pauvreté

Des villageois fouillent dans les déchets, dans la municipalité de Chongqing, dans le sud-ouest de la Chine. En élevant son seuil de pauvreté, la Chine reconnaît officiellement trois fois plus de nécessiteux que précédemment.
Photo: Agence France-Presse (photo) Des villageois fouillent dans les déchets, dans la municipalité de Chongqing, dans le sud-ouest de la Chine. En élevant son seuil de pauvreté, la Chine reconnaît officiellement trois fois plus de nécessiteux que précédemment.

Pékin — La Chine a élevé le seuil de pauvreté, reconnaissant officiellement trois fois plus de nécessiteux que précédemment, ont indiqué hier des médias chinois.

Le gouvernement a décidé que ce seuil passerait de 785 yuans (141 dollars) à 1100 yuans (198 dollars) par an, a rapporté le China Daily. Cela signifie que 43,2 millions de gens sont désormais considérés comme pauvres, au lieu de 14,8 millions précédemment.

La hausse du seuil signifie que davantage de gens pourront bénéficier des programmes d'aide officiels, a souligné la presse.

La Chine avait pour la première fois fixé un seuil de pauvreté en 1985 (de 200 yuans à l'époque) et estime avoir sorti de l'indigence 200 millions de personnes depuis le lancement de ses réformes économiques il y a 30 ans.

Ce seuil est le niveau de revenus minimum pour avoir accès aux produits de première nécessité et services de base, selon le calcul officiel.

Or les autorités s'inquiètent d'une augmentation des difficultés économiques pour certaines catégories de population touchées de plein fouet par la crise mondiale, comme les travailleurs migrants licenciés du fait de la fermeture des usines exportatrices dans le sud et l'est du pays.

Le magazine financier de référence Caijing avait rapporté vendredi que le gouvernement avait décidé d'augmenter le seuil de pauvreté dès octobre, dans le cadre de ses efforts en faveur des campagnes, dont le développement est très en retard sur les zones urbaines.

Le revenu net annuel moyen des paysans était de 4140 yuans (745 dollars) en 2007, contre 24 932 yuans (4488 dollars) dans les villes.

«Le nouveau seuil de pauvreté reste assez bas», a relevé Liu Fuhe, un responsable en charge de ces questions au gouvernement, selon le magazine. Il est en tout cas inférieur aux critères de la Banque mondiale considérant comme extrêmement pauvre quiconque subsiste avec au maximum un dollar par jour.

Selon Liu, si un tel critère était appliqué, plus de 100 millions du 1,3 milliard de Chinois seraient probablement catalogués comme vivant dans l'extrême pauvreté.

À voir en vidéo