L'arbitre rend sa décision - Agrinove devra modifier l'emballage des produits Grand Pré

Agrinove devra apporter quelques modifications à l'emballage de certains de ses produits laitiers de marque Grand Pré, a décrété un arbitre chargé de trancher le différend qui opposait la coopérative québécoise à Parmalat.

La multinationale italienne, qui commercialise notamment les produits Lactantia, alléguait que les nouveaux emballages du lait à longue conservation, avec leurs prés, leurs vaches et leurs granges, violaient sa marque de commerce et ses droits d'auteurs. La société avait intenté une poursuite contre Agrinove en août dernier, avant d'accepter de soumettre le conflit à un processus d'arbitrage.

La décision finale et sans appel rendue publique hier oblige Agrinove à retirer d'ici 210 jours la table qui figure en avant-plan de ses emballages de lait «nature» et de crème. La coopérative pourra néanmoins continuer à utiliser la scène champêtre qui sert de décor à l'illustration, de même que les bandes de couleur qui l'encadrent.

«Les modifications qui seront apportées ne compromettront pas l'arrière-scène qui était au coeur du litige et qui évoque la raison d'être de notre coopérative, soit de ramasser le lait chez nos producteurs sociétaires, de le transformer en produits laitiers de longue conservation, puis de livrer aux consommateurs québécois des produits de la plus haute qualité», a déclaré le directeur général de la coopérative, Patrice Carle dans un communiqué.

Il a été impossible de joindre les responsables de Parmalat Canada pour obtenir leurs commentaires sur la résolution du litige. Mais du côté d'Agrinove, tous se disent soulagés. «Nous nous réjouissons de la conclusion de ce litige car elle permet enfin de focaliser nos actions sur l'essentiel, c'est-à-dire la fabrication et la mise en marché de produits», a insisté M. Carle.

Un coût important

C'est que six mois de conflit avec Parmalat ont coûté cher à la coopérative laitière, qui regroupe quelque 860 producteurs des régions de Québec et de Chaudière-Appalache. D'après M. Carle, les frais juridiques s'élèveraient à «plusieurs centaines de milliers de dollars» et la poursuite a entraîné un retard d'au moins six à huit mois dans les ventes prévues.

La semaine dernière, Agrinove a soumis des résultats financiers jugés «décevants» à ses membres réunis en assemblée. En dépit d'une légère augmentation du chiffre d'affaires, qui a atteint 168 millions, Agrinove a en effet dû retrancher 2,9 millions à son avoir — l'équivalent de son fonds de roulement — qui n'est plus que 8,7 millions. L'avoir des membres n'a toutefois pas été touché.

«C'est évident que la poursuite nous a beaucoup fragilisés, a souligné M. Carle. Il faudra se serrer les coudes et avoir rapidement un plan d'action pour redresser nos ventes.» Malgré tout, Agrinove demeure confiante pour 2003. «Nous croyons toujours en notre produit, qui est un produit de niche qui répond aux besoins des consommateurs.»