Le brut casse le seuil des 40 $US à Londres

Les cours ont perdu plus de 100 $US, soit plus des deux tiers de leur valeur, depuis leurs records de juillet à plus de 147 $US.
Photo: Agence Reuters Les cours ont perdu plus de 100 $US, soit plus des deux tiers de leur valeur, depuis leurs records de juillet à plus de 147 $US.

Londres — Le pétrole a cassé hier le seuil de 40 $US le baril pour la première fois depuis près de quatre ans, les chiffres désastreux de l'emploi américain ayant conforté le scénario d'une contraction de la demande pétrolière jusqu'en 2009.

Les cours du baril sont tombés hier à 39,35 $US à Londres (pour le Brent de la mer du Nord) et 41,50 $US à New York (pour le light sweet crude), des niveaux plus observés depuis, respectivement, janvier 2005 et décembre 2004.

Guettées avec appréhension, les données sur l'emploi américain se sont révélées pires que prévu. «Affreuses, tout simplement affreuses», selon le cabinet Capital Economics. L'économie américaine a détruit plus d'un demi-million d'emplois en novembre, faisant monter le taux de chômage aux États-Unis à 6,7 %, un plus haut depuis plus de 15 ans.

Ces chiffres sont venus alimenter la crainte que la demande mondiale d'or noir ne recule pendant la plus grande partie de 2009.

D'autant que dans la matinée, l'Agence internationale de l'énergie a encore révisé à la baisse ses perspectives de demande mondiale de pétrole. Alors qu'elle s'attendait encore en juillet dernier à une croissance de la consommation de 1,6 % entre 2008 et 2013, l'AIE ne table plus maintenant que sur une progression chétive de 1,2 % sur la période.

Les cours ont perdu plus de 100 $US, soit plus des deux tiers de leur valeur, depuis leurs records de juillet à plus de 147 $US.

«Ça caille sur le Nymex, coco!», s'est exclamé le courtier américain Stephen Schork, en voyant les prix refroidir de jour en jour. Car la chute s'est accélérée au cours d'une semaine noire: les prix sont passés jeudi pour la première fois depuis près de quatre ans sous la barre des 45 $US à New York, un seuil enfoncé la veille par Londres. En une semaine, le pétrole a abandonné plus de 13 $US à Londres, soit 20 % de sa valeur.

Une pluie d'annonce

Tout au long de la semaine, une pluie d'annonces avait confirmé la gravité de la crise économique en Europe et aux États-Unis: entrée officielle en récession des États-Unis, effondrement de l'activité industrielle des deux côtés de l'Atlantique, forte baisse des taux d'intérêt européens, à 2,5 %, assortie d'une prévision de récession pour la zone euro, de 0,5 % l'an prochain.

Tout aussi grave, un ralentissement marqué de la croissance dans les pays émergents se dessine. «Sachant que les marchés émergents avaient été le moteur de la demande mondiale de pétrole au cours des dernières années, la détérioration des perspectives économiques pour les économies hors OCDE est clairement inquiétante», souligne ainsi dans une note Francisco Blanch, de la banque Merrill Lynch. Dans l'hypothèse du pire, les prix du pétrole pourraient tomber à 30 $US le baril à New York, prévient-il.

S'ajoutant à cela, le marché a été dépité par l'absence de réaction de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) à la chute des prix — le cartel a maintenu inchangés ses quotas de production lors de sa réunion au Caire samedi dernier —, et il semble mettre en doute la capacité du cartel à faire front uni et appliquer les baisses de production décidées.

«L'OPEP laisse entendre qu'elle réagira fortement aux niveaux de prix actuels à sa réunion d'Oran [en Algérie, le 17 décembre] mais, selon nous, cela aura peu d'impact sur les prix à court terme, sachant que le marché a les regards braqués du côté de la demande», jugent ainsi les analystes de la banque Barclays Capital.

Les cours du pétrole ne repartiront pas à la hausse avant la fin de l'année 2009, estime quant à lui le responsable des indices des matières premières chez Standard & Poor's, Eric Kolts.

Le baril de Brent pour livraison en janvier a terminé à 39,74 $US, tandis que le light sweet crude a fini à 40,81 $US, en baisse de respectivement 2,54 $US et 2,86 $US.

À voir en vidéo