Automobile - Un poids encore important

Un employé d’une usine GM s’appuie sur une voiture en écoutant le discours d’un représentant syndical. L’industrie automobile est présente dans tous les États américains.
Photo: Agence Reuters Un employé d’une usine GM s’appuie sur une voiture en écoutant le discours d’un représentant syndical. L’industrie automobile est présente dans tous les États américains.

New York — Dans une Amérique en voie de désindustrialisation rapide, l'automobile représente encore une source importante d'activité économique et d'emplois, notamment dans des régions déshéritées.

Les trois grands constructeurs nationaux employaient directement 240 000 personnes à fin septembre. Mais en incluant les emplois indirects fournis par les équipementiers, les fournisseurs et les concessionnaires, le secteur représente 2,2 millions d'emplois et 65 milliards $US en salaires annuels, selon le Centre d'études sur l'automobile (CAR), un centre de réflexion lié aux trois grands.

Par ailleurs, les constructeurs sont très interdépendants, puisqu'ils partagent nombre de fournisseurs et de sous-traitants. Cette interdépendance a fait affirmer aux «Big Three» que le dépôt de bilan d'un seul d'entre eux précipiterait la chute des autres.

Dans le scénario le plus noir de l'effondrement des trois groupes, la facture sociale s'élèverait à trois millions d'emplois, selon l'institut, sur les 137,6 millions que compte le pays. Ce chiffre dépasse les 2,2 millions d'emplois directs et indirects puisque d'autres secteurs d'activité seraient impactés: métaux, chimie, électronique, informatique, commerces ...

Le p.-d.g. de Ford, Alan Mulally, est allé mercredi jusqu'à brandir le chiffre de 4,5 millions d'emplois qui seraient menacés.

Tous les États

L'automobile est présente dans tous les États, du Michigan, le «berceau» de l'automobile américaine, jusqu'à l'Alaska: 43 000 emplois par État en moyenne, essentiellement du fait de la contribution des concessionnaires.

Ce chiffre monte à plus de 241 000 dans le Michigan, le principal État d'implantation des usines de montage des «Big Three». Viennent ensuite la Californie (189 000 emplois), l'Ohio (159 000), le Texas (137 000) et l'Indiana (111 000). Tout en bas du classement, l'automobile emploie moins de 2500 personnes en Alaska et 242 dans la capitale fédérale Washington.

Le Michigan, l'Ohio et l'Indiana sont des États de la «ceinture de rouille», qui souffrent énormément de la disparition de l'industrie lourde qui a fait leur fortune au début du XXe siècle.

Selon des statistiques livrées par Ford, les trois grands ont déboursé l'an dernier 22,2 milliards $US en salaires et 102 milliards en couverture santé. Les constructeurs de Detroit ont financé en 2007 la couverture santé de plus de deux millions d'Américains, y compris les prestations à 775 000 retraités et proches.

Selon le CAR, le dépôt de bilan d'un des trois grands constructeurs l'an prochain se traduirait par un manque à gagner de plus de 150 milliards $US en rémunération aux États-Unis. Pour les pouvoirs publics, cela représenterait un manque à gagner de plus de 60 milliards $US en recettes fiscales en 2009 et plus de 156 milliards $US sur la période 2009-11.

À voir en vidéo