La Nationale, la TD et la CIBC dévoilent leurs bilans

Trois autres banques ont dévoilé leurs résultats financiers de l'exercice 2008. La Nationale, qui avait encaissé le gros du choc des PCAA en 2007, a affiché un bénéfice net en hausse de 43 %. La TD, fortement concentrée sur ses activités de base, a fait légèrement moins que les quatre milliards de l'an dernier. À la CIBC, on a terminé une année déficitaire en accueillant l'homme d'affaires québécois Charles Sirois à la présidence du conseil de l'institution.

Membre du conseil d'administration de la Banque CIBC depuis 1997, Charles Sirois occupera le siège de président de ce conseil à la fin de février, en remplacement de William A. Etherington. M. Etherington quitte son poste au terme d'un mandat de cinq ans, après avoir siégé au conseil pendant 15 ans.

Homme d'affaires vedette lors de la phase d'expansion des valeurs technologiques, au cours des années 1990, Charles Sirois est président du conseil et chef de la direction de Télésystème, une société de capital privé. Celui qui a déjà dirigé le géant canadien des télécommunications interurbaines Téléglobe est également administrateur de trois entreprises, dont le Groupe Cossette Communication.

Cette nomination survient au terme d'un exercice déficitaire pour la CIBC. Pour l'ensemble de l'exercice 2008, l'institution a inscrit une perte nette de 2,1 milliards, ou de 5,89 $ par action, incluant une perte extraordinaire de 4,9 milliards découlant de ses activités de crédit en voie de liquidation. En 2007, la CIBC avait comptabilisé un bénéfice net de 3,3 milliards.

Pour le quatrième trimestre, la CIBC a enregistré un bénéfice net de 436 millions, contre 884 millions au quatrième trimestre 2007.

Banque TD

Autre banque à avoir dévoilé ses données financières hier, la TD a dégagé un bénéfice net de 1,01 milliard au quatrième trimestre clos le 31 octobre, en baisse de 7,3 % par rapport à celui de 1,09 milliard du trimestre correspondant en 2007. Ce recul comprend la perte de 350 millions sur activités de crédit annoncée le mois dernier. «Nous demeurons positionnés de manière conservatrice avec plus de 90 % de nos bénéfices provenant de nos activités de détail», a souligné le président et chef de la direction, Ed Clark. Ce sont les activités bancaires de gros, ou non commerciales, qui ont dû absorber l'essentiel de l'impact de l'extrême volatilité des marchés financiers, a-t-il rappelé.

Pour l'exercice, la TD a inscrit un bénéfice net de 3,83 milliards, en baisse de 4 % sur celui de quatre milliards de l'exercice 2007. Par action, il est passé de 5,48 $ à 4,87 $. Le rendement sur capital investi de 2008 a été de 12,4 %, contre 17,1 % un an plus tôt.

Banque Nationale

Enfin, à la Banque Nationale, l'exercice 2008 s'est terminé avec la comptabilisation d'un bénéfice net de 776 millions, ou de 4,67 $ par action, en hausse de 43 % sur celui de 2007. Le rendement sur fonds propres s'est chiffré à 16,4 %, contre 11,5 % un an plus tôt.

Pour la Nationale, 2007 avait été particulièrement dominée par le jeu des radiations associées aux papiers commerciaux adossés à des actifs (PCAA), devenus illiquides dans la foulée de l'éclatement de la bulle des subprimes en août 2007. La banque avait inscrit une charge de 553 millions (de 381 millions après impôts) attribuable à ces produits structurés. Ces ajustements avaient forcé la BN à déclarer une perte de 175 millions au quatrième trimestre 2007. À titre de comparaison, cette année elle a comptabilisé un bénéfice net trimestriel de 70 millions, ou de 37 ¢ l'action, pour les trois derniers mois.

Cette année, l'institution a amputé ses résultats d'une charge de 270 millions (de 180 millions après impôts) attribuable aux PCAA, dont la restructuration tarde à se compléter. Les résultats comprennent également une charge de 64 millions découlant de l'élimination de 400 postes administratifs au siège social de la banque, annoncée en septembre. Le tout est compensé en partie par un gain de 88 millions réalisé lors de l'achat de la Bourse de Montréal par la Bourse de Toronto.

Quant aux pertes sur créances de l'exercice, elles ont totalisé 144 millions, en hausse de 41 millions.

À voir en vidéo