Entre 1929 et les années 90

Jusqu’à maintenant, la politique de Ben Bernanke s’est accompagnée d’un soutien très diversifié au marché du crédit.
Photo: Agence Reuters Jusqu’à maintenant, la politique de Ben Bernanke s’est accompagnée d’un soutien très diversifié au marché du crédit.

Washington — Le hasard a voulu que Ben Bernanke, spécialiste éminent de la crise de 1929 et de la déflation japonaise des années 90, soit à la tête de la Réserve fédérale au moment où les États-Unis traversent une profonde crise financière et économique.

L'action très énergique du président de la Fed peut être lue comme la mise en pratique des théories de celui qui, en tant qu'universitaire, aurait été passionné par l'étude d'une crise d'abord due à l'abus de produits financiers complexes et de spéculation immobilière, virant à la récession.

Avant d'entrer à la Fed comme gouverneur en 2002, puis d'en devenir le président en 2006, M. Bernanke était une référence en matière de politique monétaire en temps de crise. Professeur d'économie à l'université de Princeton (de 1996 à 2005), il avait appliqué les thèses monétaristes à l'étude d'un des cycles les plus défavorables de l'histoire économique, celui des années 30.

C'est le sujet de plusieurs articles rassemblés dans Essais sur la crise de 1929 (Essays on the Great Depression, 2004), un ouvrage scientifique qui rencontre un certain succès en librairie quatre ans après sa parution.

D'après lui, le choc du krach boursier d'octobre 1929 aurait pu ne pas dégénérer en récession mondiale si les autorités monétaires américaines s'étaient montrées plus énergiques pour renflouer le système financier et maintenir le niveau des crédits disponibles. «Certains emprunteurs [en particulier les ménages, les agriculteurs et les petites entreprises] furent confrontés à un crédit cher et difficile à obtenir. Les effets de ce tarissement du crédit sur la demande contribuèrent à convertir le ralentissement, grave mais pas sans précédent, de 1929-30 en une crise prolongée», écrit-il.

Logiquement, ses connaissances amenèrent M. Bernanke à s'intéresser à un choc plus moderne, celui qui suivit l'éclatement de la bulle immobilière au Japon en 1990 et a abouti à des années de déflation. «Une grande part des problèmes actuels du Japon est due à la politique monétaire exceptionnellement mauvaise des quinze dernières années», soutient-il lors d'un exposé devant un congrès d'universitaires en 2000.

Ses travaux démontrent une multitude d'erreurs à la Banque du Japon: sa contribution à la formation de la bulle, son laxisme face à l'inflation avant 1990, puis la lenteur de sa réaction à la dégradation de l'économie.

En 2003, interrogé pour savoir si la situation japonaise pourrait se répéter aux États-Unis, il affirmait que «le système bancaire et financier est bien plus sain» et que «même dans le cas extrême où nous tomberions en déflation, des mesures beaucoup moins extrêmes suffiraient à nous en sortir».

À voir en vidéo