Les gros buveurs ne viennent pas seulement des États-Unis

Les Japonais et les constructeurs européens ont conçu des modèles encore plus assoiffés que bien des VUS américains.
Photo: Agence Reuters Les Japonais et les constructeurs européens ont conçu des modèles encore plus assoiffés que bien des VUS américains.

Les mythes sont nombreux dans l'industrie automobile. La qualité supérieure des voitures européennes en est un bon exemple: les bris mécaniques et autres problèmes électroniques ont souvent causé des maux de tête aux propriétaires de Saab, Volvo, Audi, BMW, Mercedes et Volkswagen. Mais, ces jours-ci, le mythe le plus tenace est celui qui veut que les constructeurs américains ne fabriquent que des véhicules énergivores, ce qui est la cause de leurs difficultés.

Le magazine américain ConsumerGuide Automotive s'est employé à déconstruire cette idée reçue avec une série de tableaux comparatifs pour le moins convaincants. On y apprend ainsi que la Chevrolet Cobalt est une des voitures compactes qui consomme le moins, n'étant devancée que par la Honda Civic et la Toyota Corolla.

Ce n'est pas rien, car ce créneau est plutôt bien garni: outre les trois modèles mentionnés, on y retrouve les Dodge Caliber, Ford Focus, Hyundai Elantra, Kia Spectra, Mazda3, Mitsubishi Lancer, Nissan Sentra, Pontiac G5, Saturn Astra, Subaru Impreza, Suzuki SX4 et Volkswagen Rabbit, ainsi qu'une autre Chevrolet, d'origine coréenne celle-là, l'Optra. Total: 16 voitures. Certes, il y a quelques clones dans le lot, mais ils sont minoritaires (la Spectra est la jumelle de l'Elantra et la G5, celle de la Cobalt).

Avec une consommation respective de 7,7 et 7,1 litres aux 100 kilomètres, les deux autres compactes américaines, la Dodge Caliber et la Ford Focus, ne sont pas non plus des monstres assoiffés de carburant.

Là où l'absence des constructeurs américains se fait cruellement sentir, c'est dans le créneau des sous-compactes, où les constructeurs asiatiques sont fin seuls. Chevrolet est présent, avec sa petite Aveo (et son clone, la Pontiac Wave), mais il s'agit d'une voiture coréenne, GM s'étant porté acquéreur de Daewoo il y a quelques années. Les petites Yaris (Toyota), Fit (Honda), Versa (Nissan) et Accent (Hyundai) occupent donc tout l'espace, mais Ford viendra y mettre son nez dès l'an prochain avec sa Fiesta européenne.

La Malibu devant l'Accord et la Camry

Poursuivons l'exercice un cran plus haut, soit dans la catégorie des berlines intermédiaires. Un autre segment de marché très concurrentiel, avec plus d'une douzaine de joueurs, les plus connus étant la Honda Accord et la Toyota Camry. L'étude de ConsumerGuide révèle cette fois que la Chevrolet Malibu se classe bonne deuxième derrière la Nissan Altima, mais tout juste devant l'Accord et la Camry. (Les tests ont été effectués avec des modèles à moteur 4-cylindres, munis d'une boîte automatique.)

La surprise Jeep

Autre catégorie très populaire, celle des véhicules utilitaires sport compacts, les seuls qui sont encore «socialement acceptables» — ou politiquement corrects, si vous préférez. Encore une fois, des modèles américains comme le Ford Escape ou le Saturn VUE montrent une consommation très proche de leurs rivaux japonais. Regardons cette fois les chiffres de L'Annuel de l'automobile, une publication québécoise: parmi les modèles japonais à 4-cylindres (avec boîte automatique), le champion est le Toyota RAV4, avec une consommation de 8,9 litres aux 100 kilomètres, devant le Subaru Forester (9 L/100 km) et le Honda CR-V (9,2 L/100 km). Côté américain, les petits Jeep Compass et Patriot font encore mieux, avec 8,2 litres aux 100 kilomètres.

Monstres japonais

Les constructeurs américains ne construisent donc pas que des véhicules énergivores. «Oui, mais ils font aussi des camions et des VUS qui consomment énormément!», diront certains. C'est vrai; mais ce qui est faux, c'est de croire qu'ils sont les seuls! Car contrairement à une autre fausse perception, les constructeurs asiatiques et européens ne font pas que des véhicules économiques.

Toyota, qui claironne ses vertus environnementales à tout vent, compte quelques solides monstres énergivores dans sa gamme. Qu'il suffise de mentionner les Tundra, des camionnettes pleine grandeur (de type pick-up) avec des V8 de 4,7 litres et 5,7 litres. Consommation: 13,6 litres aux 100 kilomètres pour les modèles à deux roues motrices et 14,2 pour les 4X4. ConsumerGuide a comparé avec les rivaux américains du Tundra (Chevrolet Silverado, Dodge Ram et Ford F-150) et à motorisation égale, la consommation est la même. Le plus gourmand de sa catégorie est japonais: le Nissan Titan (14,3 L/100 km et 15,1 pour la version 4X4).

Toyota et Nissan ont d'autres gros buveurs dans leurs gammes respectives: le bien-nommé Sequoia et l'Armada, deux énormes VUS à moteurs V8. C'est un VUS américain, le Chevrolet Tahoe, qui affiche la meilleure consommation dans cette catégorie. Mieux encore, le Tahoe et son clone, le GMC Yukon, sont désormais offerts en version hybride. Chez Toyota et Nissan, on attend toujours...

Le marketing est l'univers de la perception. Ainsi, la perception de Toyota auprès du public est positive, notamment en raison de sa gamme de modèles hybrides. Pourtant, la réalité montre aussi que le géant japonais n'a rien à envier aux constructeurs américains avec sa gamme de camionnettes et de gros VUS: outre les Tundra et Sequoia déjà mentionnés, il y a aussi les 4Runner, FJ Cruiser, Highlander...



Machinerie lourde germanique

Et que dire des constructeurs européens? Les marques allemandes, surtout, avec leurs puissantes berlines de luxe à moteurs V8, V10 et même V12! La consommation des Audi A8, BMW Série 7 et Mercedes Classe S n'a rien à envier à celles de certains VUS, sans parler des versions vitaminées des Audi A4 (S4 et RS4), BMW Série 3 et Série 5 (M3 et M5) et autres bolides à moteurs V8 ou V10 à la puissance surréaliste.

Ces mêmes marques construisent aussi des VUS dont la consommation atteint parfois des records: je suis encore traumatisé par la dernière fois où j'ai conduit un BMW X5 à moteur V8 (4,6 litres, 350 chevaux). Et ne parlons pas du Porsche Cayenne et de ses moteurs surpuissants (et assoiffés).

Mercedes est un autre constructeur qui compte plusieurs véhicules qui se classent parmi les plus énergivores de l'industrie automobile: l'abominable G550 et sa version gonflée aux stéroïdes, le G55 AMG (V8 de 5,5 litres, 500 chevaux); ainsi que les GL 550, ML 550 et ML 63 AMG, tous des VUS. Heureusement, ce constructeur se rattrape avec ses motorisations diesel, offertes sur la plupart de ses gros monstres.

Même un constructeur aussi vertueux que Volvo, qui a fait du confort et de la sécurité son fond de commerce, a succombé aux VUS et aux moteurs V8. Pourtant, à écouter les gens dans la rue, mais aussi certains analystes, visiblement peu au fait de la chose automobile, il n'y a qu'à Detroit que l'on fabrique des véhicules qui consomment trop.

Comme quoi tout n'est qu'une question de perception...

***

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo