Les régimes de retraite sont sous-financés

Toronto — Les régimes de retraite à prestations déterminées canadiens et américains souffrent d'un sous-financement de 15 à 20 % en moyenne selon les derniers rapports disponibles, une proportion qui serait davantage de l'ampleur de 25 à 30 % si on tient compte des reculs observés cette année sur les marchés, estiment des analystes de Valeurs mobilières Desjardins.

Dans un rapport publié mardi, ceux-ci soulignent toutefois que, vu en termes de pourcentage de la valeur comptable, des bénéfices ou des flux de trésorerie, la plupart des entreprises sont à même de faire face à leurs engagements relativement à leurs régimes de retraite.

Selon les analystes de VMD, ce que certains appellent la «crise des retraites» n'est pas systémique et doit être considérée au cas par cas. Ils précisent dans leur analyse que les régimes les plus touchés sont ceux qui comprennent des avantages sociaux aux retraités, comme les remboursements de soins dentaires et médicaux.

En outre, selon les analystes de Valeurs mobilières Desjardins, les sociétés canadiennes sont, toutes choses étant égales par ailleurs, mieux placées que les sociétés américaines en matière de financement des régimes de retraite. Les calculs actuariels au Canada ont été plus conservateurs au Canada et les obligations financières des compagnies canadiennes représentent une proportion moins importantes des bénéfices-flux de trésorerie que celles de leurs vis-à-vis américaines.