Le pétrole tombe sous les 60 $US

New York — Les prix du pétrole ont perdu plus de 3 $US hier à New York, après deux séances de petite hausse, pénalisés par la chute des marchés financiers et l'inquiétude des investisseurs pour l'économie mondiale.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude pour livraison en décembre a fini à 59,33 $US, en baisse de 3,08 $US par rapport à la clôture de lundi. Le baril de light sweet crude est tombé à 58,32 $US, un niveau inédit depuis le 21 mars 2007. Peu auparavant, le baril de Brent a renoué avec un niveau de prix plus atteint depuis le 30 janvier 2007, à 54,92 $US.

Par rapport à leurs records du 11 juillet (147,50 $US à Londres, 147,27 $US à New York), les cours du pétrole ont perdu plus de 60 % de leur valeur. «Le baril a passé un niveau psychologique important», a constaté Antoine Halff, de Newedge Group.

Les investisseurs s'inquiètent pour la demande de pétrole dans une économie mondiale qui ralentit fortement. Ces inquiétudes devraient se concrétiser dans le rapport hebdomadaire du département américain à l'Énergie publié aujourd'hui qui, selon les attentes des analystes, devrait une nouvelle fois montrer des réserves de produits pétroliers en hausse.

Les prix «continueront d'être sous pression dans les prochains mois, probablement six à huit mois. Cela va de concert avec les marchés boursiers, qui seront sous pression jusqu'à ce qu'une solution à la crise du crédit soit trouvée, ou que le marché ait l'impression que la crise va être résolue», a souligné de son côté Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.