ACE perd 135 millions

Les actions d'Air Canada ont atteint un creux sans précédent, hier, après que la société mère du transporteur, Gestion ACE Aviation, eut annoncé qu'elle n'était pas pressée de procéder à sa propre dissolution.

Les actions de la plus importante société aérienne au pays ont chuté à 2,90 $ à la Bourse de Toronto avant de regagner un peu d'altitude, à 2,97 $, ayant subi une perte de 17,7 %, ou 64 ¢, au cours de la journée. Le sommet atteint par le titre lors des 52 dernières semaines est de 15,04 $.

Quant à elles, les actions d'ACE, émises à une valeur de 20 $ en 2004, ont reculé de 61 ¢, soit près de 13,6 %, à 3,89 $. Ce cours constitue aussi un creux record de clôture.

ACE a indiqué explorer plusieurs options, incluant un échange d'actions, mais il est peu probable qu'elle paie comptant pour acquérir la part minoritaire de 25 % qu'elle ne détient pas dans Air Canada.

Dans le cadre d'un échange, les actions d'Air Canada seraient échangées pour des actions d'ACE et le titre actuel d'Air Canada serait rayé de la cote.ACE songe également à la possibilité de convertir ses actions privilégiées en actions ordinaires, ce qui requiert un paiement de 30

0 millions et possiblement une obligation fiscale de 50 %. Dans un tel cas, toutes les actions seraient distribuées aux actionnaires.

Hier, ACE a rapporté avoir enregistré une perte nette de 135 millions au cours de son troisième trimestre, en raison surtout du contexte de hausse sans précédent des coûts du carburant, conjugué à l'incertitude économique mondiale. Un an plus tôt, la société avait réalisé un bénéfice net de 224 millions.

Par action, la perte nette est de 3,86 $, alors que le bénéfice s'élevait à 1,84 $ il y a un an.

Au cours du dernier trimestre complété, les frais de carburant se sont établis à 1,06 milliard, en forte hausse par rapport à ceux de 716 millions enregistrés l'an dernier pour la période correspondante. La perte du troisième trimestre comprend également une perte de change nette de 87 millions liée à la dépréciation du dollar canadien par rapport à la devise américaine.

Si la rentabilité de la société a baissé au troisième trimestre, ses revenus ont légèrement augmenté, étant passés de trois milliards l'an dernier à 3,1 milliards cette année.