Rite Aid pèse sur les résultats de Jean Coutu

Photo: Jacques Grenier

Le ralentissement marqué de l'économie pourrait forcer certaines personnes à abandonner une ou deux de leurs prescriptions afin d'économiser de l'argent, s'est inquiété hier le chef de la direction du Groupe Jean Coutu.

Bien que l'heure ne soit pas aussi grave au Canada qu'aux États-Unis, la situation pourrait se détériorer davantage, a indiqué aux analystes François Coutu, lors d'une conférence téléphonique faisant suite à la publication des résultats du deuxième trimestre de la chaîne de pharmacies.

«J'ai été témoin de situations où les gens venaient dans les magasins et disaient: "Je n'ai pas assez d'argent. Ne me donnez qu'une semaine de médicaments plutôt que 30 jours. Donnez-moi ce médicament plutôt que les deux ou trois que le médecin m'a prescrits."»

«Nous ne voyons pas ceci aussi souvent au Canada. Mais puisque les personnes paient pour une partie de leur médication, vous pouvez voir apparaître une certaine pression.»

Mais la société de Longueuil croit être en bonne position pour profiter de la croissance de l'industrie nord-américaine des pharmacies.

«Les tendances démographiques au Canada et aux États-Unis devraient contribuer à la croissance de consommation de médicaments vendus avec prescription, et à l'utilisation accrue des produits pharmaceutiques dans les interventions primaires des soins de santé individuels.»

Jean Coutu a rapporté hier une perte de 39,1 millions de dollars pour son trimestre estival, un résultat diminué par sa participation dans la chaîne américaine Rite Aid.

La perte par action a atteint 16 cents, comparativement à un bénéfice de 8,3 millions, ou trois cents l'action, à la même période un an plus tôt.

Le chiffre d'affaires des activités canadiennes de Jean Coutu a atteint 567,5 millions au cours du trimestre terminé le 30 août, une hausse de 5 % par rapport aux 540,3 millions engrangés l'an dernier.

En excluant les éléments non récurrents - et la perte de 73,1 millions liée à sa participation dans Rite Aid - la chaîne de pharmacie affiche un bénéfice de 34,2 millions, soit 14 cents l'action, une hausse d'un million de dollars par rapport à l'an dernier.

Les ventes des produits pharmaceutiques des magasins ouverts depuis plus d'un an ont progressé de 5,7 %, mais celles des produits commerciaux ont reculé de 0,5 %, ce que l'entreprise a attribué au mauvais temps et à un ralentissement dans les habitudes de consommation de la clientèle.

Les conditions météorologiques décevantes de l'été ont notamment fait baisser les ventes de lotions solaires.

«Dans l'environnement des pharmacies, les soins contre le soleil sont très importants pendant l'été», a noté M. Coutu. «Je n'aime pas trouver des excuses, mais la mauvaise température a compliqué un peu nos affaires.»

«D'un autre côté, c'est amusant parce que les ventes de produits contre les insectes ont explosé parce que, lorsqu'il pleut plus souvent, il y a plus de moustiques. Mais nous comptons bien davantage sur les ventes de lotions solaires.»

Le Groupe Jean Coutu compte 343 pharmacies franchisées au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Ontario, et emploie plus de 16 000 personnes. Rite Aid compte quelque 5000 pharmacies aux États-Unis.

L'action de Jean Coutu a reculé vendredi de 36 cents, soit 4,9 %, pour clôturer à 6,97 $ à la Bourse de Toronto.