En photo - Bed-in au Reine Elizabeth

Photo: Jacques Nadeau

«Give deal a chance!»C'est le message qu'ont voulu lancer hier les syndiqués en grève de l'hôtel Reine Elizabeth, à Montréal, en reproduisant à leur manière le fameux «bed-in» tenu dans l'établissement par John Lennon et Yoko Ono, en 1969.

Le clin d'oeil à l'hymne pacifiste Give Peace a Chance, enregistré dans l'hôtel, se voulait bien sûr un appel à l'employeur pour la conclusion d'une entente. Les employés, en grève depuis le 28 août dernier, disent avoir eu recours à ce moyen pour porter à l'attention du public la légitimité de leurs revendications. Les principales touchent la diminution de la charge de travail pour les préposées aux chambres, le rattrapage salarial pour certains groupes, des augmentations de salaire de 13 % sur quatre ans, l'amélioration des avantages sociaux et des mesures pour favoriser la conciliation famille-travail. En 50 ans d'existence, c'est la première fois de leur histoire que les salariés du Fairmont Reine Elizabeth déclenchent la grève générale illimitée pour améliorer leur sort. Les employés du Sheraton Four Points sont eux aussi toujours en grève, tout comme les salariés du Holiday Inn Longueuil.