Des dissensions marquent les travaux sur l'indexation des retraites

Québec — L'absence de consensus sur l'impact de l'indexation des prestations des fonctionnaires retraités a compliqué, hier, les travaux de la commission parlementaire chargée du dossier.

Les députés participant aux travaux ont affirmé qu'ils auraient souhaité qu'un comité chargé de brosser un portrait impartial de la situation réussisse à s'entendre.

Le comité de travail sur l'évaluation du coût de l'indexation des régimes de retraite a été formé en décembre 2007 à la suite d'une motion de l'Assemblée nationale.

Il était formé de six membres: deux experts externes, un représentant du Conseil du trésor, un représentant de la CARRA (Commission administrative des régimes de retraite et d'assurance) et deux représentants nommés par le Groupe de travail des associations de personnes retraitées (GTAR).

Les deux experts externes, France Bilodeau et Mario Fortin, qui coprésidaient le comité, ont affirmé hier que les retraités ont fait dissension parce qu'ils n'étaient pas d'accord avec l'interprétation des données, notamment en ce qui concerne l'impact sur les finances publiques d'une telle indexation.

Les représentants des retraités, Mariette Gélinas et André Goulet, ont fait valoir qu'ils souhaitent la mise sur pied d'un comité de travail où ils pourront faire valoir la dimension politique de leurs demandes et en arriver à une entente négociée avec le gouvernement.

Les parlementaires ont ainsi reçu deux rapports plutôt qu'un.

Un des points en litige concerne une somme de 6 milliards de dollars parmi les actifs de la caisse de retraite.

Les représentants du gouvernement font valoir que cette somme doit servir, en partie, à couvrir les frais liés au vieillissement des prestataires.

Les représentants des retraités affirment qu'une partie de cette somme est un surplus généré grâce à leurs cotisations.