Les ventes s'essouflent en sol américain

Aux États-Unis, les ventes de détail ont reculé de 0,3 % en août par rapport à juillet, après une hausse de 0,1 % le mois précédent.
Photo: Agence France-Presse (photo) Aux États-Unis, les ventes de détail ont reculé de 0,3 % en août par rapport à juillet, après une hausse de 0,1 % le mois précédent.

Washington — Les ventes de détail aux États-Unis ont reculé de manière inattendue en août, traduisant un net essoufflement de la consommation, ce qui promet des jours difficiles à l'économie américaine au moment où elle peut de moins en moins compter sur le commerce extérieur.

Les ventes de détail ont reculé de 0,3 % en août par rapport à juillet, après une hausse de 0,1 % le mois précédent. Hors automobile, la tendance est encore plus marquée, avec une baisse de 0,7 % en août (+0,3 % en juillet), a indiqué hier le département du Commerce. Ces chiffres indiquent que l'effet des chèques de remises d'impôts envoyés au printemps dans le cadre du plan de relance budgétaire s'est nettement estompé, voire a pris fin dans la période estivale.

«La faiblesse des ventes de détail hors automobile suggère que les consommateurs ont ajusté leurs dépenses à la baisse, malgré un affaiblissement des pressions inflationnistes en août», a estimé Amine Tazi, de Natixis. Ce reflux de l'inflation a été symbolisé par la première baisse de l'année pour les prix à la production en août (-0,9 % par rapport à juillet, après +1,2 % le mois précédent), selon les chiffres publiés par le ministère du Travail.

Mais les consommateurs souffrent d'une «gueule de bois post-relance budgétaire», a relevé Brian Bethune de Global Insight, en estimant que les dépenses de consommation allaient reculer de 1,1 % au troisième trimestre.

La reprise des ventes d'automobiles et d'équipements automobiles en août (+1,9 %) est trompeuse après un mois de juillet désastreux (-4,3 %). «Ce rebond n'est vraisemblablement pas durable, la tendance étant calamiteuse» pour ce secteur, a commenté Ian Shepherdson, de High Frequency Economics. Les Américains réduisent leur recours à l'automobile: les ventes des stations-essence ont reculé de 2,5 % (après +0,2 % en juillet), tendance accentuée par le recul des prix à la pompe sur ce mois d'août.

Les consommateurs ne plongent pas pour autant complètement dans la déprime, l'indice de confiance mesurée par l'université du Michigan pour septembre s'étant même redressé bien plus que prévu, à 73,1 points contre 63 en août. Il s'est ainsi établi au plus haut depuis janvier.

La consommation contribue traditionnellement pour deux tiers à la croissance aux États-Unis. Avec les pressions sur le pouvoir d'achat des ménages, l'économie a dû trouver un autre moteur, en l'occurrence le commerce extérieur qui a profité d'un dollar faible. Le billet vert s'étant nettement repris depuis la mi-juillet, la croissance des exportations devrait cependant ralentir en août, après avoir atteint 3,7 % en juin et 3,3 % en juillet.

À voir en vidéo