Énergie solaire - REC investit plus d'un milliard à Bécancour

Le norvégien Renewable Energy Corporation (REC) va investir plus de 1,2 milliard dans l'implantation au Québec d'une usine de polysilicium, un composant de base des panneaux solaires, a-t-il annoncé hier avec les autorités québécoises.

La ville de Bécancour, à mi-chemin entre Québec et Montréal, a été choisie parmi une centaine de sites dans 16 pays. Sa construction devrait démarrer en 2010 pour une entrée en production en 2012.

L'entreprise a choisi Bécancour et le Québec sur plus d'une centaine de sites dans 16 pays notamment en raison de ses infrastructures mais surtout de sa capacité d'obtenir de l'énergie propre, renouvelable et stable en approvisionnement. Aucune subvention directe n'est donnée à l'entreprise outre le fait qu'elle bénéficiera du tarif industriel «L» d'Hydro-Québec et des programmes réguliers d'Emploi-Québec. Elle produira 13 000 tonnes de silicium polycristallin annuellement à Bécancour, ce qui représentera près du tiers de la production mondiale, actuellement à 45 000 tonnes. Il s'agira d'une usine de deuxième transformation. Elle s'approvisionnera en silicium métal à même une entreprise déjà existante de Bécancour.

Il n'est pas question, pour l'instant, d'une usine de fabrication de cellules solaires, tel qu'évoqué au cours des derniers jours. Quelque 300 emplois devraient être créés lors de l'ouverture de l'usine, prévue en 2012. Quelque 1250 travailleurs oeuvreront sur la construction de deux des quatres usines à bâtir. Les retombées économiques pour la région sont estimées à 100 millions par année.

«Le développement de ce site nous permettra de poursuivre l'expansion de notre activité dans le silicium de la façon la plus efficace en termes de coûts», a commenté Erik Thorsen, le directeur général de REC, dans un communiqué. «Cette annonce est une excellente nouvelle. Nous renforçons notre position de leader nord-américain en matière d'énergies renouvelables. Le Québec a fait le choix des énergies renouvelables et REC Silicon a reconnu ce leadership en choisissant le Québec», a déclaré pour sa part le premier ministre de la province Jean Charest.

Critères

Le groupe norvégien a expliqué que l'un des principaux critères de son choix avait été le prix et la stabilité de l'approvisionnement en électricité dont ses usines sont de grosses consommatrices. «Selon les termes de l'accord conclu avec le gouvernement du Québec, REC disposera d'un accord de long terme pour la fourniture d'électricité par Hydro Québec à des prix compétitifs», a ajouté REC, précisant que cet accord porterait sur 20 ans.

Considérant «l'ampleur des retombées économiques et les effets structurants de ce projet, le gouvernement du Québec a convenu avec l'entreprise de lui octroyer un bloc d'électricité maximal de 95 MW au tarif général de grande entreprise pour une période de 20 ans», a précisé le gouvernement québécois dans un communiqué.

Le volume définitif de l'investissement dépend encore d'études d'ingénierie préliminaire censées être bouclées dans les six prochains mois, a encore indiqué REC.

La multinationale norvégienne Renewable Energy Corporation (REC ASA) compte quelque 2150 employés. REC Silicon, une des trois divisions du groupe REC, est le troisième producteur de silicium polycristallin au monde et le plus important producteur pour le marché solaire.