L'excédent commercial du Canada a atteint 5,5 milliards en mai

L'excédent commercial du Canada avec le monde a augmenté au mois de mai, atteignant 5,5 milliards, en raison du niveau inégalé des exportations à destination des pays autres que les États-Unis et de la solidité soutenue des exportations vers les États-Unis.

En avril, l'excédent commercial avec les autres pays s'était établi à 4,8 milliards.

En mai, les exportations canadiennes ont progressé pour un cinquième mois d'affilée. Elles se sont accrues de 5,4 % pour s'établir à 42,1 milliards, en raison d'une hausse des prix et des volumes. De leur côté, les importations ont augmenté de 3,9 % pour s'établir à 36,6 milliards. Il s'agit de la plus forte croissance observée depuis juillet 2007.

Les exportations à destination des États-Unis ont augmenté pour un cinquième mois d'affilée pour s'établir à 31,3 milliards. Il s'agit du niveau le plus élevé observé depuis décembre 2006. Les importations ont augmenté d'environ la même valeur en dollars que les exportations. Cela a fait en sorte que l'excédent commercial avec le plus important partenaire commercial du Canada est demeuré pratiquement inchangé, s'étant chiffré à 8,1 milliards.

Les exportations à destination des pays autres que les États-Unis ont dépassé la barre des 10 milliards. Comme la croissance des exportations était deux fois plus élevée que celle des importations, le déficit commercial a diminué, passant de 3,3 milliards à 2,5 milliards.

États-Unis

Aux États-Unis, le déficit commercial a légèrement reflué en mai, à 59,8 milliards contre 60,5 milliards en avril (chiffre révisé à la baisse), grâce surtout à un plus grand volume d'exportation, a annoncé hier le département du Commerce. Les analystes attendaient un déficit creusé à 62,2 milliards. Le reflux est de 1,2 %, alors que le mois précédent le déséquilibre des échanges avait marqué sa plus forte augmentation depuis septembre 2005.

Les exportations ont battu un nouveau record, à 157,5 milliards (+0,9 % par rapport à avril), tout comme les importations, à 217,3 milliards (+0,3 %). Le déficit de la balance pétrolière a légèrement reflué, à 33,15 milliards, après 34,77 milliards en avril — grâce en particulier à un niveau record d'exportation de produits pétroliers (5,7 milliards, contre 4,8 milliards en avril). Les importations de pétrole brut (31,2 milliards) ont toutefois atteint un niveau record, poussées par le niveau sans précédent des cours du baril.

Le déficit avec la Chine a continué à se creuser en mai, à 21 milliards contre 20,2 milliards en avril.

À voir en vidéo