Salon aéronautique de Farnborough - Bachand est optimiste

Raymond Bachand
Photo: Annik MH de Carufel Raymond Bachand

Québec — Au delà du suspens entourant le possible lancement de la Série C de Bombardier, le Salon international aéronautique de Farnborough sera marqué par d'autres annonces positives pour le Québec.

C'est ce qu'a confié le ministre du Développement économique Raymond Bachand, hier, avant de s'envoler pour l'Angleterre, où il dirigera une délégation composée d'une cinquantaine de représentants de l'industrie, du 13 au 16 juillet.

Selon plusieurs observateurs, Bombardier devrait profiter de l'occasion pour annoncer la concrétisation du développement de la Série C, des avions de 110 à 130 places, dont l'assemblage pourrait être effectué à Mirabel. La ville de Kansas City, dans l'État du Missouri, est toujours dans la course pour accueillir l'usine d'assemblage des appareils et les 2500 emplois qui y sont rattachés, mais le ministre Bachand se montre confiant. «Nous on pense qu'on a une offre compétitive pour que Bombardier fasse ça au Québec, et on pense que c'est ça qui va arriver», a indiqué le ministre en entrevue téléphonique à La Presse canadienne.

L'État du Missouri a offert au géant québécois de l'aéronautique des crédits d'impôt de 240 millions afin de le convaincre de s'installer à Kansas City, alors que l'aide proposée par Québec, Ottawa et le Royaume-Uni s'élève à 700 millions. La part du gouvernement du Québec serait de 117 millions et prendrait la forme d'un prêt consenti en retour de redevances sur la vente des avions. «Je pense que nous avons une offre supérieure», a répété le ministre, ajoutant qu'une telle annonce stimulerait l'ensemble de l'industrie aéronautique du Québec.

M. Bachand a toutefois l'intention de «susciter d'autres investissements», et il prédit que d'autres entreprises québécoises qui l'accompagneront en mission profiteront de la tenue du salon pour annoncer des projets. «Je pense qu'il va y avoir quelques annonces, de nature diverse», a-t-il avancé, en refusant de donner plus de détails.

Le ministre enchaînera les rencontres avec les représentants de grandes compagnies, dont Boeing et Lockheed Martin.

«Je serai au service de nos entreprises qui elles, pour obtenir des mandats additionnels, ont l'occasion de rencontrer les dirigeants de leur siège social américain ou européen», a commencé M. Bachand, lorsqu'appelé à expliquer son rôle dans le cadre de la mission. «Le fait qu'un ministre appuie une PME dans ses rencontres avec d'éventuels partenaires étrangers, ça l'aide dans sa crédibilité internationale, c'est une façon de l'aider aussi.»

Le ministre du Développement économique soutient par ailleurs que l'industrie aérienne mondiale se porte bien, malgré les difficultés financières médiatisées de certaines compagnies américaines. «Il va y avoir des turbulences en raison du prix du pétrole et ce qui se passe au niveau de l'économie mondiale, mais ça ne change pas une importante vague de fond favorable pour le transport aérien», a-t-il analysé.

Il fait remarquer qu'au Québec, l'industrie compte maintenant 42 000 emplois, contre 38 000 il y a quelques années.