Bombardier aurait cinq acheteurs pour la série C

Lufthansa serait du groupe d’acheteurs intéressé par la Série C de Bombardier, avec Shanghai Airlines, China Southern, International Lease Finance et Qatar Airways.
Photo: Agence Reuters Lufthansa serait du groupe d’acheteurs intéressé par la Série C de Bombardier, avec Shanghai Airlines, China Southern, International Lease Finance et Qatar Airways.

Attendu depuis plusieurs mois, le lancement de la série C de Bombardier Aéronautique pourrait enfin avoir lieu la semaine prochaine, s'il faut se fier à de nouveaux indices voulant que l'avionneur ait déniché cinq acheteurs potentiels pour la vente de plus de 200 appareils.

Selon un rapport publié hier par l'analyste Jacques Kavafian, de la firme Research Capital, Shanghai Airlines se joindrait aux transporteurs China Southern, Lufthansa, International Lease Finance et Qatar Airways pour former le premier groupe d'acheteurs des nouveaux jets à consommation de carburant réduite.

Ensemble, ils devraient générer assez de commandes pour franchir le seuil des 50 à 100 commandes de la part de lignes aériennes en bonne santé financière, une des conditions établies par Bombardier pour aller de l'avant avec ses nouveaux avions.

Sans vouloir confirmer l'engagement des transporteurs chinois, le porte-parole de Bombardier, Marc Duchesne, a affirmé hier que l'intérêt mondial était solide.

«Nos équipes de vente visitent plusieurs lignes aériennes à travers le monde et les échos et les discussions sont positives», a-t-il affirmé.

Les deux lignes chinoises ont demandé à rencontrer l'administration civile de l'aviation de Chine le 14 juillet afin d'obtenir les approbations requises pour acheter les avions de la série C.

L'agence chinoise achètera probablement elle-même ces appareils dans le but d'obtenir des rabais sur le volume et de s'assurer que l'équipement soit normalisé, pour ensuite les répartir entre les transporteurs, a expliqué M. Kavafian.

Une telle rencontre pourrait permettre à l'avionneur montréalais d'annoncer dès le 15 juillet qu'elle va de l'avant avec sa série C, et de profiter ainsi de la tribune que lui offrirait la foire commerciale de Farnborough, en Angleterre, un des plus importants rassemblements annuels de l'industrie aéronautique.

Les nouveaux avions devraient ainsi être livrés en 2013.

Malaysian Airlines pourrait être un autre client potentiel. Les lignes américaines Northwest et Delta, qui sont actuellement en train de fusionner leurs activités, risquent aussi être intéressés par les avions de la série C, mais ne seraient pas en mesure de le confirmer à temps pour le lancement officiel.

«Les cours élevés du pétrole rendent un tel avion si précieux, compte tenu qu'il offre aux lignes aériennes une réduction des coûts d'exploitation de 20 % par rapport à ses appareils concurrents», a écrit M. Kavafian.

Le partenariat avec China Aviation Industry (AVIC I), qui investit 400 millions $US dans la série C pour la fabrication de ses pièces, assurera éventuellement d'autres commandes en Chine, a-t-il ajouté.

En annonçant le lancement de la série C, Bombardier devrait identifier le lieu où les nouveaux avions régionaux de 110 à 130 places seront assemblés. Le choix risque de se faire entre Kansas City, dans l'État du Missouri, et Mirabel, au nord de Montréal.

Si un assemblage aux États-Unis permettrait certaines économies en raison du taux de change, M. Kavafian croit que l'avion sera malgré tout construit à Montréal. Les gouvernements fédéral et provincial se sont engagé à appuyer Bombardier, mais n'ont pas récemment donné de détails financiers à ce sujet.

Les machinistes de Bombardier se sont, pour leur part, prononcé dimanche à 82,6 % en faveur d'une nouvelle proposition de convention collective comprenant certaines concessions destinées à convaincre Bombardier de choisir Mirabel pour construire les avions.

Le syndicat des machinistes a donné à Bombardier jusqu'au 15 juillet pour répondre favorablement à leur proposition, sans quoi elle expirera.

La série C entraînerait la création de quelque 2500 emplois.

L'action de Bombardier a retraité hier de 10 ¢ à la Bourse de Toronto, où elle a clôturé à 6,95 $.