Shell dédommage discrètement ses clients depuis des mois

Edmonton — Discrètement, la société Shell Canada dédommage ses clients depuis plusieurs mois, après avoir reconnu que l'un des additifs de son essence semble avoir endommagé les jauges à essence de milliers de véhicules dans le pays.

«Nous avons entendu parler de cette affaire, a indiqué Jeff Mann, porte-parole de Shell Canada. Il semble que l'un des dénominateurs communs soit l'utilisation de l'essence de Shell.»


Le problème touche le plus souvent les véhicules de marque Dodge Chrysler.


Des conducteurs ont constaté que la lumière de la jauge à essence de leur véhicule s'allumait afin d'indiquer que le réservoir était sur le point d'être vide alors qu'en fait, il était plein.


Le problème est causé par une couche de boue — composée notamment de résidus de carburant — s'étant formée autour du senseur servant à lire le niveau de l'essence contenue dans le réservoir, a expliqué un mécanicien d'Edmonton, Dave Guse.


«Il s'agit d'une substance noire, visqueuse, et on l'enlève au moyen d'une lame de rasoir», a indiqué M. Guse, qui travaille chez un concessionnaire Dodge Chrysler. Ces six derniers mois, le mécanicien a eu affaire à quelque 400 véhicules aux prises avec le même problème. «J'en ai assez, a-t-il lancé. Certaines personnes sont revenues trois fois. La troisième fois, ces gens se mettent en colère.»


Le gérant du service d'entretien et de réparation d'un autre point de vente Dodge Chrysler a estimé que jusqu'à 100 propriétaires d'un véhicule affecté par le problème s'étaient présentés chaque mois chez le concessionnaire. Ce responsable, qui s'est exprimé sous le couvert de l'anonymat, a indiqué que ses mécaniciens avaient tout d'abord été déconcertés, d'autant plus que plusieurs des véhicules étaient neufs ou presque neufs.


Bien que Shell dédommage ses clients en leur offrant des Miles aériens ou de l'essence gratuite depuis l'automne dernier, elle a continué d'utiliser l'additif fautif jusqu'au mois de mars, a indiqué M. Mann. Cet additif était contenu dans de l'essence déjà distribuée d'une extrémité à l'autre du pays, a-t-il expliqué, ajoutant qu'il était possible que le carburant en question soit encore vendu dans certains marchés.