Série C: le Missouri réduit son offre à Bombardier

Face aux critiques, les élus du Missouri ont réduit considérablement l'ampleur des crédits d'impôt destinés à Bombardier pour la construction de l'usine d'assemblage de la future famille d'avions de la série C à Kansas City.

Dans la nouvelle version du projet de loi établissant le programme d'aide, déposée mercredi en fin de journée, le montant maximal des crédits d'impôt est fixé à 240 millions $US sur une période de huit ans, alors qu'il était de 880 millions $US sur 22 ans dans le précédent texte. On s'attend maintenant à ce que le projet de loi soit adopté sans problème.

Les autorités de l'État du Midwest n'avaient guère d'autre choix que de modérer leurs transports: mercredi, un comité sénatorial avait condamné la première version du projet de loi en empêchant qu'elle soit soumise au vote de la Chambre haute.

La diminution de l'aide financière proposée par le Missouri pourrait favoriser Mirabel, au nord de Montréal, que Bombardier Aéronautique considère toujours comme l'endroit privilégié où construire la future usine.

À première vue, la nouvelle proposition du Missouri apparaît moins intéressante, financièrement, que celle consentie en 2005 par les gouvernements du Québec et du Canada. Ottawa a promis une aide remboursable de 350 millions, alors que Québec est prêt à avancer au moins 118 millions.

Il reste que l'entreprise montréalaise, qui cherche à profiter de la faiblesse actuelle du dollar américain, continue de courtiser activement le Missouri. Le président et chef de l'exploitation de Bombardier Aéronautique, Pierre Beaudoin, qui prendra la tête du groupe Bombardier en entier le mois prochain, s'est rendu à Kansas City mercredi pour examiner l'aéroport de la ville, où serait érigée l'usine. M. Beaudoin a aussi été reçu par le gouverneur du Missouri, Matt Blunt, à sa résidence officielle, en compagnie des leaders de la Chambre des représentants et du Sénat de l'État. Il a également visité l'usine de motocyclettes de Harley Davidson, dont le succès aurait incité Bombardier à s'intéresser à Kansas City.

La ville a fait les choses en grand. Pour accueillir Pierre Beaudoin et les autres dirigeants de Bombardier qui l'accompagnaient, elle a dépensé 1300 $US pour louer, pendant deux jours, un immense panneau d'affichage, rapporte le quotidien Kansas City Star. On pouvait y voir une photo d'un avion de la série C et y lire un message de bienvenue en anglais et en français.

Ces dernières semaines, des sénateurs ont déploré le manque de précisions sur l'aide offerte à Bombardier. L'un des principaux détracteurs, le républicain Jason Crowell, a comparé la mesure à un «chèque en blanc». On craignait par exemple que les coûteux crédits d'impôt nuisent au financement des services publics. Pour rallier les élus, des fonctionnaires de l'État leur ont communiqué, en privé, des renseignements confidentiels sur la proposition. Le projet de loi modifié prévoit l'interruption des crédits d'impôt si Bombardier devait cesser de les rembourser (par des redevances versées lors de chaque vente d'avion de la série C). Il limite aussi à 155 millions $US les débours du Missouri en cas de retard ou d'échec du projet. Enfin, le remboursement des crédits d'impôt se fera avec intérêts (5,1 % par année).

La première version du texte faisait aussi face à l'opposition de groupes de droite, dont le Show-Me Institute du multimillionnaire Rex Sinquefield, un important donateur politique. C'est sans compter les vidéos hargneuses à l'encontre de Bombardier diffusées sur le site Internet Youtube.

Le porte-parole de Bombardier Aéronautique, Marc Duchesne, n'a pas voulu commenter la nouvelle proposition du Missouri, mais a dit s'attendre à ce qu'elle soit «très sérieuse».

À voir en vidéo