Le développement de Voisey's Bay aura lieu

Saint-Jean — Les Innus du Labrador ont confirmé hier avoir ratifié une entente avec la société minière Inco relativement au développement du gisement de Voisey's Bay. Cette entente marque une étape importante en vue du lancement d'un projet d'exploitation d'une mine au Labrador, un projet estimé à trois milliards.

«Je suis satisfait car c'est la meilleure entente qu'on pouvait négocier», a soutenu le président de la nation innue, Peter Penashue. Mais on ne sait toujours pas ce que les Innus vont retirer de cette entente, car M. Penashue a refusé d'en dévoiler les détails.


L'entente sera soumise au vote des Innus le 12 juin mais, selon toute vraisemblance, il ne s'agirait que d'une formalité.


Si les Innus avaient refusé de s'entendre avec la compagnie Inco, le développement du projet minier aurait été compromis et les deux parties auraient été réduites à se chamailler devant les tribunaux pendant des années.


Inco avait acquis en 1996, au coût de 4,3 milliards, le secteur convoité situé dans la partie nord du Labrador.


Reste maintenant à savoir ce que fera le gouvernement de Terre-Neuve dans ce dossier. Le gouvernement veut qu'Inco s'engage à transformer sur place le minerai extrait, ce qui entraînerait la création de milliers d'emplois pour les Terre-Neuviens.


Jusqu'à présent, le gouvernement provincial a refusé d'accorder à Inco le permis d'exploitation requis pour aller de l'avant avec le projet de développement. Mais des sources indiquent que les deux parties seraient sur le point de s'entendre. En vertu de ce projet d'entente, Inco pourrait expédier une certaine quantité de nickel, de cobalt et de cuivre au Manitoba et en Ontario, mais s'engagerait en contrepartie à traiter sur place, à Terre-Neuve, une quantité égale de minerai.


Des hauts fonctionnaires du gouvernement provincial se sont rendus cette semaine à Toronto pour y rencontrer la direction d'Inco, en vue de faire avancer le dossier.


Par ailleurs, une source au sein du gouvernement fédéral a confirmé qu'Ottawa s'apprêtait à approuver un projet de construction, au coût de 150 millions, d'une usine de transformation à Argentia, à Terre-Neuve.