Baisse des intentions d'achat de logement

Toronto — Les intentions d'achat de maisons n'ont pas été aussi basses au Canada depuis plusieurs années, et une nouvelle étude de la Banque Royale du Canada indique un changement potentiel de ce marché.

Seule exception au tableau: le Québec, où le nombre d'individus à planifier l'achat d'une maison dans les deux prochaines années a augmenté de 2 % en un an, passant de 19 % en 2007 à 21 % cette année.

La banque estime même que les «achats de maisons au Québec pourraient légèrement augmenter en 2008», en raison d'une baisse des taux hypothécaires et d'une modération des prix des maisons.

Le sondage révèle qu'un peu moins de la moitié (49 %) des Québécois «achèteraient maintenant» plutôt que d'attendre à l'an prochain, et que la majorité (82 %) croit qu'acheter une maison ou un condominium est un "bon" ou un "très bon" investissement».

Ailleurs au pays, les intentions d'achat ont baissé de cinq points de pourcentage, à 23 %. Le désir d'acheter est aussi moins fort puisque le nombre de ceux qui achèteront «très probablement» une maison a reculé, passant de 9 % en 2007 à 7 % en 2008, le taux le plus bas depuis la première édition de ce sondage, il y a 15 ans.

Si le nombre de Canadiens qui «achèteraient maintenant» plutôt que d'attendre à l'an prochain est encore très élevé, à 52 %, il a reculé par rapport à 58 % en 2007, ce qui laisse entrevoir un ralentissement possible du marché immobilier.

De même, alors que la majorité des Canadiens (85 %) croient toujours que l'achat d'une maison est un bon placement, ils sont moins nombreux à le penser qu'en 2007 (90 %), mais beaucoup plus nombreux qu'il y a dix ans (76 %).

À voir en vidéo