L'AMF aura plus de pouvoirs

Québec — Les firmes de valeurs mobilières devront se tenir à carreau, car l'Autorité des marchés financiers (AMF) les aura bientôt plus facilement à l'oeil.

Pour éviter d'autres affaires Norbourg, les pouvoirs de l'AMF seront donc renforcés, grâce à un projet de loi qui sera déposé par la ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, la semaine prochaine.

Québec veut faciliter les choses à l'AMF pour qu'elle puisse intenter des poursuites plus rapidement, quand elle soupçonnera qu'une firme de valeurs mobilières a pu se rendre coupable de fraude ou de malversations.

C'est ce qu'a annoncé hier la ministre des Finances, en conférence de presse, alors qu'elle faisait le point sur la situation des finances publiques.

L'amendement à la Loi sur les valeurs mobilières «permettra à l'Autorité des marchés financiers de travailler plus rapidement et de lui donner plus de poigne dans ses démarches, plus tôt», a expliqué la ministre.

Mme Jérôme-Forget a dit vouloir éviter que des investisseurs ou actionnaires soient floués par des manoeuvres financières répréhensibles, comme celles qui ont traduit devant les tribunaux Vincent Lacroix, dans l'affaire Norbourg, ou le magnat de la presse Conrad Black.

«Comment est-ce qu'on va pouvoir punir les déviants?», s'est demandé la ministre, par la suite, à l'entrée du caucus des députés libéraux.

«Les gens veulent de plus en plus reprendre confiance dans le système dans lequel on vit, et on ne peut plus tolérer des situations comme celle qui s'est passée avec Vincent Lacroix», reconnu coupable le jour même des 51 chefs d'accusation portés contre lui par l'Autorité des marchés financiers.