L'Audi A8: l'avion privé de Monsieur le Président

Avec le niveau de confort qu’elle propose, prendre place à bord d’une A8 relève de l’expérience d’exception, comme manger dans un très grand restaurant ou dormir dans un hôtel cinq étoiles.
Photo: Avec le niveau de confort qu’elle propose, prendre place à bord d’une A8 relève de l’expérience d’exception, comme manger dans un très grand restaurant ou dormir dans un hôtel cinq étoiles.

L'Audi A8, le vaisseau amiral de la marque aux anneaux, a fait l'objet d'une révision et d'un rafraîchissement pour l'année-modèle 2008. Véritable tête de pont dans un segment très exclusif, cette berline de grand luxe a pour mission, depuis son apparition en 1997, de tirer l'ensemble de la gamme d'Audi vers le haut.

Avec le niveau de confort qu'elle propose, prendre place à bord d'une A8 relève de l'expérience d'exception, comme manger dans un très grand restaurant ou dormir dans un hôtel cinq étoiles. Audi s'adresse d'ailleurs à la clientèle qui fréquente généralement ces établissements: des hauts fonctionnaires ou des capitaines d'entreprises, qu'ils soient fréquentables ou pas. Pour assurer son statut, l'A8 possède quelques atouts, notamment une construction tout en aluminium, une suspension pneumatique, un rouage intégral performant, ainsi qu'un habitacle très spacieux et parfaitement insonorisé.

Quelques retouches

Afin de rester au sommet, le modèle 2008 reçoit de nombreuses améliorations, principalement en ce qui a trait à ses dispositifs de sécurité passive, à la précision de sa conduite et au silence de roulement. On n'a que très subtilement retouché les formes classiques et fluides de la carrosserie que l'on doit à Danny Garant, un designer québécois oeuvrant pour Audi en Allemagne. Mis à part les feux arrière, maintenant éclairés par des diodes électroluminescentes, de nouvelles roues, et la calandre qui adopte l'imposant cadrage unitaire que l'on pouvait déjà voir sur les autres produits de la marque, la ligne générale de la voiture demeure pratiquement inchangée. Intemporelle et discrète, l'A8 continue de résister à la tentation du baroque ostentatoire auquel ont cédé ses deux éternelles rivales que sont la BMW Serie-7 et la Mercedes-Benz Classe-S.

L'A8 a été conçue pour rouler en toute quiétude, pendant des heures, sur la voie de gauche des autoroutes allemandes où la vitesse n'est pas limitée (pas encore du moins...). Apte à maintenir une vitesse de croisière de plus de 120 noeuds (220 km/h), l'A8 se déplace au sol plus rapidement que la plupart des avions et des hélicoptères de tourisme le font dans les airs. Mais, contrairement à ces derniers, elle le fait dans un confort remarquable et dans ce qu'Audi qualifie de «silence bienfaisant». Alors, comment se sent-on au volant d'une A8, sur l'Autobahn, à plus de 200 km/h? En fait, la voiture fait preuve d'un tel aplomb que l'on ne perçoit pas la vitesse réelle, et l'expérience est assez comparable à ce que l'on ressent à bord de la majorité des autres véhicules aux alentours de 100 km/h. Ce n'est pas plus grisant ni excitant que ça. Rappelons que l'A8, malgré ses performances, n'est pas un bolide de course, mais bien une voiture de grand luxe munie d'une suspension pneumatique à amortissement piloté adaptatif en continu, spécifiquement calibré pour rendre imperceptibles les plus petites irrégularités de la route. Par ailleurs, cette grosse barge fait preuve d'une étonnante agilité en ville et sur des routes de campagne sinueuses.

Écolo l'A8?

Difficile d'associer ce type de voiture aux préoccupations actuelles en matière d'écologie, mais, si un véhicule de cette catégorie représente un choix sensible, c'est bien l'Audi A8. Grâce, notamment, à un soubassement caréné qui atténue les remous sous la caisse, la voiture affiche un coefficient de traînée aérodynamique extrêmement faible de 0,27. Cela lui permet de réduire sa consommation de carburant. En plus, sa structure en aluminium lui procure des économies de poids de 150 kg à 200 kg, selon les versions, par rapport à ses concurrentes dont la caisse est en acier. Cette ossature tridimensionnelle innovante est constituée d'un assemblage de profilés extrudés et de pièces moulées en aluminium précisément ajustés, puis soudés ou rivetés. Ce type de construction modulaire permet aussi à Audi d'allonger l'habitacle de certaines versions afin que les places arrière, déjà plus que généreuses, bénéficient de 13 cm supplémentaires pour que l'on puisse allonger ses jambes. L'autre bénéfice associé à ce squelette en métal léger est l'abaissement du centre de gravité de la voiture ce qui améliore sa tenue de route.

Malheureusement pour nous, Audi a choisi de ne pas importer au Canada les versions dont les moteurs sont les plus petits et, par conséquent, les plus efficients parmi ce qui est déjà offert en Europe. Aucun moteur diesel TDI, donc, et pas non plus de V6 2,8 L à injection directe d'essence qui permet à l'A8 de n'émettre que 199 grammes de CO2 par kilomètre avec une consommation de moins de 8,5 L/100 km. Consciente que très peu de Nord-Américains disposés à se départir de plus de 100 000 $ pour un véhicule de luxe consentiront à la doter d'un «p'tit six», Audi a préféré nous réserver ses motorisations les plus puissantes: un V8 de 4,2 L, un W12 de 6 L, ainsi que le V10 de 5,2 L, dérivé de celui qui équipe la Lamborghini Gallardo, qui propulse la version musclée de l'A8, la S8.

Tous ces moteurs sont d'un calme olympien en conduite normale, mais, lors de fortes accélérations, le V10 émet un rugissement métallique, typique pour ce type d'engin. Quant au W12, il pousse en silence comme si la motrice d'un TGV était venue emboutir votre pare-chocs arrière.

On pourra, certes, reprocher à l'habitacle son manque d'éclat et son design un peu fade, mais l'on ne pourra rien trouver d'autre à redire. Chaque acheteur a la possibilité de personnaliser sa voiture en choisissant l'agencement et la teinte des matériaux de garnissage, des cuirs somptueux aux placages de bois exotiques. Pour troubler la quiétude, on aura recours au système de sonorisation de plus de 1000W, avec 14 haut-parleurs, conçu par Bang & Olufsen. Le système télématique MMI, qui contrôle la plupart des paramètres dans l'habitacle possède une interface très intuitive. Rien à voir avec ce qui ce fait chez Mercedes-Benz, ou avec l'atroce iDrive de BMW. Ce système est même compatible avec les fonctions d'un iPod et de celles de nombreux lecteurs MP3 avec connexion USB.

Confort présidentiel

Mais là ne s'arrête pas l'excès de «superflu nécessaire»: Audi propose également en option pour les places arrière de l'A8 un compartiment réfrigéré avec bar intégré au dossier ou, encore, des sièges individuels avec fonction de massage et des coussins d'appui escamotables pour les jambes, tels ceux que l'on retrouve dans la cabine de première classe des grandes lignes aériennes. Mentionnons aussi le programme complet de protection balistique. En effet, les berlines blindées à sécurité renforcée d'Audi assurent quotidiennement la protection et la mobilité de nombreux dirigeants de grandes entreprises et de chefs d'État. Ceux qui possèdent une certaine classe, ainsi que le souci d'afficher un soupçon de conscience environnementale, du moins. Convenons qu'il ne s'agirait pas du véhicule approprié pour notre chef d'État à nous, se rendant faire cuire des hamburgers pour sa base électorale au Stampede de Calgary, en route pour une réunion avec des responsables de l'industrie pétrolière locale.

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo