L'Impreza et la Lancer 2008: deux coqs dans la basse-cour!

La nouvelle Impreza se voit affublée d’une robe mal taillée aux lignes molles et approximatives, qui dénote un amateurisme condamnable de la part des designers de Subaru.
Photo: La nouvelle Impreza se voit affublée d’une robe mal taillée aux lignes molles et approximatives, qui dénote un amateurisme condamnable de la part des designers de Subaru.

Que ce soit en Europe ou au Japon, la rivalité entre la Mitsubishi Lancer et la Subaru Impreza tient de la légende épique. L'apparition, pour l'année 2008, de modèles entièrement renouvelés des deux protagonistes est un événement majeur qui passionne les médias automobiles du monde entier. Chez nous, ces deux simples berlines compactes ne font pas beaucoup de vagues dans leur segment et restent des produits méconnus, particulièrement auprès des plus de 40 ans. Ailleurs, elles ont un contingent de fans — de hooligans, devrait-on dire —, dont l'affection pour l'une ou l'autre est fortement polarisée, et l'on peut se demander ce qui a causé un tel état de fait.

Les affrontements mémorables entre les deux marques en championnats mondial de rallye WRC y sont sans doute pour quelque chose. La présence au catalogue de turbulentes versions, aux performances très poussées, dérivées directement des bolides de rallye, est aussi un facteur. Ainsi, l'Impreza WRX chez Subaru et la Lancer Evolution chez Mitsubishi fascinent toute une génération d'acheteurs, et pas seulement dans le monde réel puisque la plupart des jeux vidéo de courses automobiles sont conçus au Japon, et que les produits Mitsubishi et Subaru y sont très bien représentés. De ce fait, une majorité des fanatiques d'un modèle ou de l'autre n'a pas encore l'âge légal de conduire, ce qui ne les empêche pas d'avoir accumulé des milliers de kilomètres derrière le volant virtuel de leur bolide de prédilection. Et c'est peut-être là la clé de leur succès auprès des jeunes: contrairement aux Ferrari et autres Porsche de ce monde, elles ne paraissent pas inatteignables, car leur prix de vente se situe aux alentours des 20 000 $. Aucun besoin, donc, d'attendre d'avoir le cheveu grisonnant et de pouvoir encaisser ses stock-options ou les dividendes de son assurance vie pour s'offrir la voiture de ses rêves.

L'une est belle, l'autre est moche

Lorsque l'on gare les deux rivales côte à côte, la Lancer prend immédiatement le dessus. La précédente génération de la Lancer était insipide et inélégante, mais le modèle 2008 possède toutes les qualités qui faisaient défaut à sa devancière: un faciès féroce et une ligne spectaculaire. À l'occasion d'une brève alliance avec DaimlerChrysler, le conglomérant aujourd'hui démantelé, Mitsubishi a pu bénéficier de l'expertise du designer français Olivier Boulay afin de revoir en profondeur l'orientation du design et de l'identité graphique de ses produits. Ce qui fut fait, et bien fait! Les lignes tendues et dynamiques qui propulsent la Lancer vers l'avant, même lorsqu'elle est immobile, en sont une preuve tangible.

C'est tout le contraire pour la nouvelle Impreza qui se voit affublée d'une robe mal taillée aux lignes molles et approximatives, qui dénote un amateurisme condamnable de la part des designers de Subaru. D'ailleurs, la carrosserie du modèle 2008 a provoqué une véritable commotion dans le monde automobile. La génération précédente n'avait jamais été une réussite esthétique, mais la voiture avait au moins du chien! Cette nouvelle génération a perdu ses formes musclées, et son dessin semble déjà vieux et émoussé; incapable de susciter le moindre intérêt. Aussi offerte avec un hayon arrière ouvrant, l'Impreza berline possède un coffre dont le volume est limité par la configuration de son plancher qui n'est pas plat.

Deux écoles de pensée

Les choix d'architecture mécanique des deux voitures sont diamétralement opposés. Fidèle à la tradition de la marque, la Subaru utilise un moteur à plat longitudinal et une transmission intégrale à prise constante, ce qui signifie que les quatre roues sont motrices. La disposition longitudinale du groupe motopropulseur compromet un peu l'habitabilité de la cabine, mais la disposition à plat des cylindres du moteur, à l'horizontale près du sol, permet d'abaisser le centre de gravité du véhicule, ce qui favorise la stabilité en virage. Ce type de moteur possède une autre caractéristique: une sonorité très particulière que l'on associe habituellement aux Porsche à moteur arrière, à certaines Ferrari dotées d'un V12 à 180û ou, encore, aux vieilles Volkswagen Coccinelles de jadis.

La Lancer, quant à elle, demeure beaucoup plus classique dans son architecture. À l'instar de l'écrasante majorité des voitures de cette catégorie, elle fait usage d'un bon vieux quatre cylindres en ligne, disposé de façon transversale. Si la prochaine version de la très performante Lancer Evolution X, qui n'a pas encore été officiellement présentée en Amérique du Nord, aura quatre roues motrices, ainsi qu'un système très évolué de contrôle de la traction, les autres versions de la Lancer doivent se contenter de n'avoir que les roues avant qui soient entraînées par leur moteur. La Lancer peut être équipée d'une transmission variable de type CVT pas trop désagréable, mais on préférera la boîte manuelle qui sied mieux à la personnalité sportive de la voiture.

Tant le moteur à plat de la Subaru que son rouage intégral sont des composants coûteux à produire, ce qui explique en partie pourquoi l'Impreza est vendue sensiblement plus cher que sa rivale. D'autre part, la rigueur de la construction de la Subaru lui procure un silence de roulement très supérieur à ce que peut offrir la Lancer. D'ailleurs, avec leur caisse archisolide, les produits Subaru sont habitués à fréquenter le haut des palmarès en matière de sécurité en cas de collision. Côté rigidité, la Mitsubishi Lancer n'est pas en reste, mais la résonance creuse de ses portières trop légères en dit long sur son manque d'insonorisation.

Les services essentiels

Si les deux voitures semblent vouloir en découdre sur la piste, leurs habitacles ne font pas preuve d'autant d'ambition. À l'intérieur, les deux concurrentes se contentent de matériaux bon marché aux teintes foncées, égayés par quelques accents métalliques. La planche de bord de la Lancer est un peu plus inspirée que celle de l'Impreza, mais les deux voitures s'en tiennent à une ambiance pseudo sportive aussi prévisible que minimaliste. On se consolera cependant en constatant que Subaru a eu la grossièreté de doter la version WRX, vendue plus de 33 000 $, du même intérieur, à quelques détails près. À bord de l'Impreza, le système de chauffage et de climatisation ne semble pas être à la hauteur de sa tâche, sous nos latitudes du moins.

Que conclure?

Dans ce créneau, posséder une tenue de route enjouée et dynamique est obligatoire. Cela a toujours été la force des Lancer et Impreza. C'est précisément ce qui justifie leur existence. Les versions 2008 des deux voitures ne nous déçoivent pas: leur rigueur et leur aplomb n'ont d'égal que le plaisir de conduire qu'elles procurent. Ce sont deux choix à considérer, si l'idée de vous déplacer à bord d'une Honda Civic ou d'une Toyota Corolla vous rend immédiatement dépressif, et que la Mazda3 vous semble trop commune.

Avec son moteur solide et sa ligne incendiaire, la Mitsubishi Lancer 22008 a de beaux jours devant elle. En plus, elle est offerte à prix d'aubaine. Quant à la Subaru Impreza, il s'agit d'une voiture sérieusement construite, beaucoup plus plaisante à conduire qu'à regarder, et qui propose la sécurité de la traction intégrale pour un tarif très abordable. Mais il faudra être indulgent, et ne jamais oublier que ces petites berlines économiques ne sont pas de véritables voitures de sport. Certaines de leurs caractéristiques vous le rappelleront d'ailleurs quotidiennement.

Collaborateur du Devoir
***

FICHEs TECHNIQUES

Mitsubishi Lancer

- Moteur: I4 2,0 l

- Puissance: 152 ch / 146 lb-pi

- 0 à 100 km/h: 8,5 s

- Vitesse maximale: 200 km/h

- Consommation: 9,0 l/100 km

- Échelle de prix: 16 598 $ (DE) à 21 698 $ (GTS)

***

Subaru Impreza 2.5

- Moteur: H4 2,5 l

- Puissance: 170 ch / 170 lb-pi

- 0 à 100 km/h: 7,9 s

- Vitesse maximale: 180 km/h

- Consommation: 9,5 l/100 km

- Échelle de prix: 20 695 $ (2.5i) à 24 895 $ (2.5i Sport 5p.)

À voir en vidéo