Le câblo mise sur le service vidéo sur demande - Le profit tombe chez Cogeco

Toronto - Le service de base de Cogeco Câble continue de perdre des abonnés, mais cette érosion a maintenant ralenti. De plus, le distributeur voit croître la clientèle de son service Internet haute vitesse, a souligné hier le président Louis Audet.

La division du groupe de diffusion Cogeco, de Montréal, se prépare aussi à offrir, d'ici les Fêtes, le service vidéo sur demande — où les émissions sont choisies à la pièce — dans ses principaux marchés, afin de contrer le service par satellite de Bell ExpressVu.

Durant l'année bouclée le 31 août, le service de base a été abandonné par 4,8 % de ses abonnés, soit près de 16 000 au Québec et plus de 26 000 en Ontario. Outre Bell ExpressVu et Shaw, le câble pâtit du piratage des signaux de satellites.

Cette désaffection est le principal facteur du bilan maussade de Cogeco Câble, dont le bénéfice net de sept millions était en forte baisse sur les 27 millions dégagés à pareille date en 2001.

Vidéo sur demande

«Le vrai service sur demande, pour le vidéo, est une exclusivité du câble et notre équipe espère ainsi reconquérir les abonnés qui ont renoncé au câble ces derniers temps», a affirmé M. Audet lors de l'assemblée des actionnaires.

D'ici la fin du mois, de 40 à 45 % des abonnés auront le choix parmi quelque 200 titres d'audiovisuel, en les téléchargeant via le câble depuis des serveurs de réseau.

Cogeco Câble prévoit qu'à la fin de février 2003, 78 % de sa clientèle totale — 309 000 abonnés au Québec, 815 000 en Ontario — pourra acheter ce nouveau service.

La mise en oeuvre, estime la compagnie, est facilitée du fait que le vidéo sur demande repose sur la distribution en mode numérique, soit la même technologie que pour les nouvelles chaînes de télévision.

Durant l'exercice achevé le 31 août, Cogeco Câble a vu le nombre d'abonnés au service en numérique grimper de 40 % et atteindre les 130 000, a ajouté M. Audet. Par ailleurs, 19 % de la clientèle a déjà un abonnement Internet haute vitesse.