Investissement de 2,5 millions $US dans Solena - Hydro-Québec produira de l'énergie avec les déchets

Hydro-Québec a annoncé hier un investissement de 2,5 millions $US dans le groupe américain Solena afin de commercialiser une technologie de production d'électricité à partir de déchets.

Hydro-Québec Capitech, la filiale de capital de risque de la société québécoise, a expliqué que la nouvelle technologie environnementale devrait éventuellement mener à l'ouverture d'une usine au Québec pour brûler les déchets et produire de l'énergie. De telles usines sont déjà prévues pour l'Italie et la Malaysia, a dit le groupe.

«Cette technologie pourrait être utilisée par exemple par les paquebots qui cherchent à brûler les déchets ou par les municipalités. On pourrait aussi s'en servir pour les déchets dangereux et les déchets biomédicaux», a indiqué la porte-parole d'Hydro-Québec, Sylvie Tremblay. Les déchets municipaux enfouis dans les dépotoirs contaminent les sols et la nappe phréatique, émettent du méthane, un gaz à effet de serre 20 fois plus nocif pour l'environnement que le gaz carbonique, a souligné la porte-parole.

Les compagnies Detroit Edison Development, Ontario Power Generation Ventures et Ocean Lines Limited ainsi que la filiale Electroambiente du groupe italien Enel sont engagées dans le projet dont la valeur totale atteint 10 millions. «Nous pensons signer les premières ententes avec d'autres entreprises dans six mois», a dit Sylvie Tremblay.

La technologie de la société Solena se concentre sur la gestion des déchets solides urbains en les éliminant sans émissions polluantes et en récupérant les gaz afin de générer du «syngas», un gaz de synthèse introduit dans une turbine à gaz pour produire de l'électricité. Selon Hydro-Québec, ce gaz peut également être transformé en hydrogène ou en méthanol. De plus, le réacteur de Solena convertit les déchets inorganiques en résidus inertes.

La technologie est déjà en demande en Asie du Sud-Est et en Europe, a précisé le producteur d'électricité.

Solena Group, dont le siège social se trouve à Washington, se spécialise dans le développement et la commercialisation d'un réacteur au plasma permettant de produire de l'énergie à partir de déchets.