Dodge Grand-Caravan 2008 - L'âge de la maturité

À l’extérieur, on observe un changement subtil mais radical sur le plan de l’esthétique, qui n’a pas seulement été dicté par l’ajout de rideaux de sécurité gonflables: intentionnellement, on a doté le véhicule de formes plus carrées, d
Photo: À l’extérieur, on observe un changement subtil mais radical sur le plan de l’esthétique, qui n’a pas seulement été dicté par l’ajout de rideaux de sécurité gonflables: intentionnellement, on a doté le véhicule de formes plus carrées, d

Voilà près de 25 ans, Chrysler chamboulait les habitudes d'achat des automobilistes nord-américains en créant la fourgonnette Dodge Caravan, aussi connue, jadis, sous le nom de Plymouth Voyager. À l'époque, sans grands moyens financiers et pratiquement acculée à la faillite, Chrysler s'est débrouillée pour concevoir un véhicule dont l'architecture allait révolutionner l'histoire de l'automobile. En utilisant la plateforme mécanique d'une médiocre berline intermédiaire à traction avant (c'est tout ce qu'ils avaient sous la main...), les concepteurs de la Caravan avaient réussi à fabriquer une camionnette si basse qu'elle pouvait entrer dans un garage conventionnel, mais qui pouvait aussi transporter sept personnes, réparties sur trois rangées de sièges, dans un confort relatif. La Minivan était née! Malgré de graves lacunes, et une qualité de construction risible, le succès de ce véhicule unique aura été la planche de salut de Chrysler pendant les années 1980.

La nouvelle Dodge Grand-Caravan 2008 tente de nous refaire le même coup: alors que la compagnie traverse une période difficile, puisque son achat par le fonds d'investissement Cerberus a été entériné vendredi dernier, ce qui annonce une restructuration aussi massive que douloureuse dans les mois qui viennent, on se fie encore sur ses attraits pour générer les capitaux qui doivent ramener Chrysler sur le sentier de la rentabilité. Et ce pari n'est pas si fou qu'il peut le paraître, car ses deux principaux rivaux, GM et Ford, abandonnent la partie dans ce segment où ils n'ont cumulé que des échecs. Préférant consacrer dorénavant leurs efforts à d'autres types de véhicules, ils ne fabriqueront plus de fourgonnettes. Cela laisse, plus que jamais, le champ libre à la Dodge Grand-Caravan pour régner sans partage. Bon an mal an, au Canada, il se vend plus de fourgonnettes Dodge et Chrysler que de toutes leurs rivales réunies. Et c'est là la force de ce produit qui n'a jamais brillé ni par ses performances, ni par sa qualité ou sa fiabilité, et encore moins par sa valeur de revente: les quantités produites permettent des économies d'échelle grâce auxquelles les prix sont maintenus à un niveau très bas. De plus, de tels volumes de production permettent aussi d'amortir les frais de R-D, et donc de faire évoluer le véhicule sans avoir une facture trop salée à refiler à chaque acheteur.

En évolution

Ainsi, à chaque génération, ce produit a su intégrer de nouvelles fonctionnalités qui répondaient parfaitement aux attentes de sa clientèle traditionnelle, et qui lui valait aussi, chaque fois, de nouveaux fidèles. Alors, qu'est-ce que nous réserve cette cinquième génération de la Grand-Caravan (et l'on dit «Grand» car la version à empattement court n'est plus au catalogue)? D'abord, à l'extérieur, on observe un changement subtil mais radical sur le plan de l'esthétique, qui n'a pas seulement été dicté par l'ajout de rideaux de sécurité gonflables: intentionnellement, on a doté le véhicule de formes plus carrées, d'un profil énergétique, et d'une calandre plus agressive. Cela, certainement pour plaire à la clientèle masculine qui a tendance à bouder les fourgonnettes au profit d'utilitaires à l'aspect plus viril, ce qui est particulièrement vrai chez nos voisins du sud. Pour Ralph Gilles, le designer d'origine montréalaise qui a supervisé la mise en forme de la Grand-Caravan, «un changement de dynamique était nécessaire car, avec l'ancienne version, on était allé à la limite des formes ovoïdes. C'était l'ultime Jellybean».

Cependant, le choix d'une fourgonnette est rarement un achat impulsif, dicté par un aveuglement passionnel, et c'est souvent la fonctionnalité et la modularité de l'aménagement qui pèsent lourd dans la balance. La Caravan 2008 se distingue avec ses montants de toit élancés, dont on s'est efforcé d'amenuiser la section sans pour autant réduire leur solidité. Cela, afin de maximiser la visibilité, ainsi que la luminosité de l'habitacle. On a multiplié les espaces de rangement de tout acabit avec, notamment, une console centrale coulissante et multifonctionnelle. Sans oublier les 13 porte-gobelets qu'il y a à bord!

Rabattables ou pivotants?

L'atout principal de la génération précédente de la Caravan était son système exclusif de sièges rétractables «Stow 'n Go» (littéralement: rangez et roulez). Avec ce système, qui est toujours offert, les deux rangées de sièges arrière peuvent se rabattre et disparaître en quelques secondes. Et lorsque les sièges sont déployés, leurs logements sous le plancher deviennent des coffres de rangement très volumineux. Bien que le Stow 'n Go soit pratique, on peut déplorer la minceur des sièges et leur inconfort. En option, la Grand-Caravan 2008 peut recevoir des sièges plus confortables baptisés «Swivel 'n Go» (pivotez et roulez), situés à la rangée médiane, et qui peuvent se retourner vers l'arrière mais, malheureusement, qui ne peuvent plus s'escamoter. Puisque l'on peut maintenant asseoir les passagers arrière face à face, une table a été conçue pour venir s'installer au centre de l'espace. Selon Emily Graffeo, responsable du développement de la Grand-Caravan: «Cela donne un nouveau sens à la restauration rapide. On passe de la fenêtre du service à l'auto à la table à manger en quelques secondes.» J'entends déjà les pourfendeurs de la malbouffe s'insurger...

Le comportement routier est en net progrès, notamment par l'ajout d'une suspension arrière semi-indépendante à poutre déformable. Par ailleurs, des efforts ont été faits pour rendre la vie plus agréable au conducteur par un raffinement de l'ergonomie, un volant mieux conçu, ainsi que des commandes simples et intuitives. Le levier de changement de vitesse trône maintenant tout en haut du tableau de bord, ce qui peut paraître étrange au début, mais qui permet d'améliorer la sécurité en cas de collision.

Le moteur de base est un brave V6 de 3,3 litres qui se tire honorablement d'affaire malgré une archaïque boîte automatique à quatre rapports. Ceux qui remorquent leurs jouets pendant les vacances, ou qui transportent souvent une tribu avec ses bagages, pourront opter pour le 3,8 litres, avec sa boîte à six rapports, qui offre plus de couple à bas régime. En usage régulier, par contre, la différence entre les deux groupes motopropulseurs est beaucoup moins marquée qu'on pourrait le penser en consultant la fiche technique. La soeur bourgeoise de la Dodge Grand-Caravan, la Chrysler Town & Country, peut aussi recevoir un 4,0 litres très en verve. Mais là on parle d'une autre échelle de prix et d'équipement et, certainement, d'un autre segment de marché visant une tout autre clientèle.

Toujours abordable

La Grand-Caravan, avec son prix de base affiché de moins de 26 500 $, avant les rabais et autres promotions, est probablement le véhicule qui offre le plus d'espace et de fonctionnalité pour un tarif aussi bas. Certes, Honda et Toyota fabriquent d'excellentes fourgonnettes, mais il vous faudra débourser de dix à quinze mille dollars de plus, ce qui est hors d'atteinte pour la plupart des jeunes familles à qui s'adresse ce type de véhicule. Par son évolution graduelle, au fil des générations, la Grand-Caravan est demeurée fidèle à son concept initial et, surtout, au pouvoir d'achat de sa clientèle.

Collaborateur du Devoir

FICHE TECHNIQUE

Dodge Grand-Caravan

- Moteur: V6 3,3 L (opt.: V6 3,8 L)

- Puissance: 175ch / 205 lb-pi (opt.: 197ch / 230 lb-pi)

- Consommation: 10,5 L/100 km (opt.: 11 L/100)

- Échelle de prix: 26 495 $ (SE) à 30 495 $ (SXT Stow 'n Go)

À voir en vidéo