DaimlerChrysler: une stratégie d'expansion catastrophique

Le groupe automobile allemand Daimler liquide neuf ans d'une politique catastrophique d'acquisitions. Voici un rappel des principaux épisodes.

- 7 mai 1998: l'allemand Daimler-Benz (marque Mercedes) et Chrysler (marques Chrysler, Dodge, Jeep) annoncent leur rapprochement amical. Présentée comme une «fusion entre égaux», la transaction par échange d'actions est en fait un rachat de Chrysler par Daimler. L'opération valorise le groupe américain autour de 36 milliards $US.

- 17 novembre 1998: premier jour de cotation de la nouvelle entité, DaimlerChrysler aux Bourses de New York et de Francfort. Le titre cote à 66,50 euros.

- juillet 2000: DaimlerChrysler entre au capital du japonais Mitsubishi Motors avec l'ambition de devenir un groupe global.

- novembre 2000: les problèmes commencent chez Chrysler et les Allemands sont obligés de reprendre en mains la filiale. Dieter Zetsche remplace James Holden à la tête du constructeur et lance dans la foulée un premier plan social: six usines sont fermées et 26 000 emplois supprimés.

- 2001: Daimler injecte quatre milliards d'euros pour redresser Chrysler, qui essuie cette année-là une perte abyssale de cinq milliards d'euros. À cause de Chrysler, le groupe finit l'année dans le rouge.

- avril 2004: DaimlerChrysler annonce qu'il va se retirer de Mitsubishi Motors, ébranlé par un scandale de dissimulation de défauts techniques. Le retrait, effectué par étapes, est bouclé en 2005. Le groupe cède aussi dans la même période une part minoritaire détenue dans le sud-coréen Hyundai Motor, avec qui il coopérait dans les véhicules utilitaires.

- février 2005: le lent redressement de Chrysler, qui concentre toutes les forces du groupe, coïncide avec une chute des bénéfices chez Mercedes, plombée par des problèmes de fiabilité.

- 28 juillet 2005: ébranlé par les difficultés de Mercedes et l'échec de l'alliance avec Mitsubishi, le patron de DaimlerChrysler, Jürgen Schrempp jette l'éponge. Le patron de Chrysler, Dieter Zetsche, lui succède.

- septembre 2006: Chrysler replonge dans le rouge. Daimlerchrysler doit lancer un nouvel avertissement sur résultats. L'action plonge au plus bas à 39,10 euros, quasiment la moitié de ce qu'elle valait en 1998.

- 14 février 2007: DaimlerChrysler annonce la suppression de 13 000 emplois supplémentaires chez Chrysler et déclare examiner «toutes les options» stratégiques pour le constructeur dont une vente.

- 14 mai 2007: DaimlerChryler annonce la cession du contrôle de Chrysler à Cerberus pour 5,5 milliards d'euros.