Goodyear fermera d'autres usines

Akron — Goodyear Tire & Rubber prévoit fermer de nouvelles usines et réduire davantage sa production de pneus, a annoncé hier la société américaine en dévoilant une perte de 174 millions $US pour son premier trimestre.

Les fermetures précédentes d'usines de production de pneus — dont celle de Valleyfield, au Québec — n'ont pas sonné la fin des économies de la compagnie, a indiqué le président et chef de la direction de Goodyear, Robert Keegan, lors d'une conférence téléphonique avec les analystes.

Un porte-parole de Goodyear n'a pas identifié les usines qui seront appelées à fermer et n'a pas dévoilé leur nombre.

Le premier producteur américain de pneus, qui a affiché l'an dernier des ventes de 20,3 milliards $US malgré une grève de trois mois dans 16 usines nord-américaines, tente d'annuler l'effet de la hausse de 17 % des coûts des matériaux bruts enregistrée l'an dernier.

Goodyear a déjà annoncé la fermeture de son usine de Tyler, au Texas, d'ici la fin de l'année. Elle fermera aussi des usines au Québec, en Angleterre, en Nouvelle-Zélande et au Maroc. La fermeture de l'usine de Valleyfield affectera près de 1000 employés. L'entreprise d'Akron, en Ohio, a cependant annoncé la création de 200 emplois avec l'ouverture en juin d'un centre de mélange de matériaux près de Montréal.

Pour le trimestre terminé le 31 mars, Goodyear a encouru une perte de 96 ¢US l'action, ce qu'elle a attribué aux coûts liés au règlement de la grève et à de plus faibles ventes en Amérique du Nord. À la même période l'an dernier, elle avait affiché un bénéfice de 74 millions, soit 37 ¢US l'action.

Goodyear a déjà réduit sa production annuelle de 21 millions de pneus, mais elle aimerait atteindre le cap des 25 millions, a précisé M. Keegan, ce qui permettrait à la compagnie d'économiser 150 millions d'ici 2009. Le chiffre d'affaires a atteint 4,5 milliards au premier trimestre, en légère hausse par rapport à 4,46 milliards pour la même période l'an dernier.

À voir en vidéo