Magna reconnaît son intérêt pour Chrysler

Aurora — Le fabricant de pièces automobile Magna International a reconnu qu'il étudiait la possibilité de devenir propriétaire de Chrysler.

Hier, l'entreprise ontarienne a confirmé les informations récemment véhiculées par les médias en affirmant qu'elle étudiait «d'éventuelles options».

La société a déjà dit vouloir avoir une vision complète de l'avenir de Chrysler, alors qu'elle envisage de faire une offre afin de mettre la main sur l'un de ses clients les plus importants. Magna, dont le siège social est situé à Aurora, au nord de Toronto, a cependant prévenu qu'il n'y avait aucune assurance qu'une entente puisse être atteinte.

Plus tôt cette semaine, le dirigeant de Magna, Frank Stronach, a affirmé au quotidien torontois The Globe and Mail qu'il avait engagé des discussions avec la société Onex au sujet de la possibilité de faire équipe pour soumettre une offre. M. Stronach n'a pas donné de précision quant à la teneur de l'offre que les deux entreprises pourraient faire.

Le constructeur automobile en difficulté devrait trouver preneur en échange d'une somme de 5,0 à 8,0 milliards $US. Par ailleurs, quelques semaines après que la société mère allemande de Chrysler eut mis le constructeur en vente, le 14 février, des concessionnaires ont fait savoir aux dirigeants de Chrysler que les consommateurs se demandaient si leur voiture seraient toujours couverte par la garantie.

Les ventes de Chrysler ont chuté de 8,3 % en février, par rapport au même mois il y a un an, et les hauts responsables des ventes au sein de l'entreprise ont attribué une large part de ce recul à l'incertitude des consommateurs quant à l'avenir du constructeur.

À voir en vidéo