Marchés boursiers - Dans l'expectative

New York — Après avoir légèrement progressé cette semaine, la Bourse de New York s'attend à devoir digérer une déferlante de résultats de sociétés, dont les prévisions devraient donner le ton des prochaines séances.

Sur la semaine écoulée, l'indice des 30 valeurs vedettes, le Dow Jones Industrial Average (DJIA), a engrangé 0,41 % pour terminer hier à 12.612,13 points.

L'indice composite du Nasdaq a quant à lui gagné 0,83 % sur la semaine, pour clôturer à 2.491,94 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 (SP 500) a enfin avancé de 0,62 %, finissant la semaine à 1452,85 points.

Sur le marché obligataire, le taux de rendement du bon du Trésor à 10 ans est monté à 4,761 % contre 4,674 % vendredi dernier et celui à 30 ans à 4,926 % contre 4,868 %.

«Le marché a réussi à faire face cette semaine à plusieurs mauvaises nouvelles comme la hausse des prix du pétrole ou les inquiétudes répétées de la Réserve fédérale américaine (Fed) sur l'inflation», a noté Marc Pado, analyste de Cantor Fitzgerald.

«Il ne semble pas craindre non plus l'annonce des résultats d'entreprises qui, contrairement aux trimestres précédents, n'auront pas une croissance supérieure à 10 % », a poursuivi l'analyste.

Toute l'attention des investisseurs devrait en effet se focaliser sur les publications financières des sociétés pour le premier trimestre, avec un programme qui s'annonce particulièrement chargé.

«La semaine prochaine, environ 30% des entreprises du SP 500 doivent annoncer leurs résultats, qui constitueront le principal catalyseur du marché», a noté Art Hogan, analyste chez Jefferies.

«La barre ayant été placée très bas, les prévisions ne devraient pas s'avérer très difficiles à battre», a-t-il poursuivi.

Le consensus des analystes s'attend en effet à une croissance des bénéfices des sociétés de 3,3 % seulement au premier trimestre, reflétant le ralentissement de l'économie amércaine.

«Ce qui m'inquiète davantage, ce sont les prévisions que feront les entreprises pour le deuxième trimestre, et jusqu'à quel point elles vont se montrer prudentes en raison du ralentissement de la croissance», a souligné M. Hogan. Jusqu'ici «les premières publications ont été plutôt encourageantes», a toutefois relevé Owen Fitzpatrick, de la Deutsche Bank. Le groupe d'aluminium Alcoa a ainsi fait bien mieux qu'attendu par le marché, tandis que le laboratoire pharmaceutique Merck a relevé ses objectifs.

Certains secteurs devraient tout particulièrement focaliser l'attention du marché.

«Les investisseurs vont surtout regarder les semiconducteurs, qui donnent en général un bon aperçu de la santé des technologiques, ainsi que les banques, pour voir si les problèmes du secteur des prêts à risques se sont propagés aux autres institutions fiancières», a estimé M. Fitzpatrick.

Selon les résultats et les prévisions avancées par les sociétés, le marché pourrait ainsi connaître «différentes évolutions selon les secteurs», a poursuivi l'analyste, qui s'attend à voir des séances très «contrastées».

La Bourse de New York ne devrait pas «progresser outre mesure car elle aura d'abord à digérer toutes ces nouvelles», a estimé de son côté M. Pado.

En plus des publications financières, l'agenda macroéconomique s'avère lui aussi chargé la semaine prochaine, avec notamment les ventes de détail de mars attendues lundi, ou les mises en chantier de logements et les prix à la consommation en mars, mardi.

À voir en vidéo