Astral achète Standard Broadcasting

Un mois et demi après avoir confirmé les discussions, Astral Media a annoncé hier l'acquisition des 52 stations de radio de Standard Broadcasting afin d'étendre son rayon d'influence au-delà du Québec et de devenir le plus gros radiodiffuseur au pays.

Astral, qui possède déjà 29 stations de même que les chaînes spécialisées Super Écran et MusiquePlus, paiera 1,08 milliard pour Standard. L'entreprise qu'elle achète compte 1000 employés et génère un chiffre d'affaires de plus de 325 millions.

Au moment d'en faire l'annonce hier, le président d'Astral a affirmé lors d'une conférence de presse à Toronto que sa compagnie n'envisageait pas de licenciements puisque les deux entreprises ne présentent pas de chevauchements. «La complémentarité stratégique est parfaite», a dit Ian Greenberg.

«Non seulement s'agit-il d'une acquisition qui agrandit une de nos principales plateformes médias, mais elle amène aussi des marques et des marchés complémentaires à notre portefeuille de stations», a ajouté M. Greenberg, qui a fondé la compagnie avec ses frères au cours des années 60. L'ancêtre d'Astral est le service de développement photo des Miracle Mart.

Parmi les stations de Standard figurent les antennes montréalaises CJAD, CHOM-FM et Mix 96, alors que la colonne vertébrale d'Astral en radio est constituée des réseaux Énergie et RockDétente. La transaction fait également en sorte qu'Astral se retrouve nouvellement propriétaire de deux stations de télévision situées en Colombie-Britannique.

Le CRTC préoccupé

L'union survient dans un contexte où la vague de consolidation dans l'industrie radiophonique a récemment incité le CRTC à convoquer des audiences dès cet automne sur le thème de la «diversité des voix». Faisant valoir que le seul chevauchement entre les deux compagnies se trouve à Montréal et qu'il suit les barrières linguistiques, M. Greenberg ne prévoit aucun problème auprès des autorités qui doivent approuver la transaction, c'est-à-dire le Bureau de la concurrence et le CRTC.

Standard Broadcasting est une entreprise privée qui a ses origines dans la fondation de CFRB, à Toronto, une station fondée par Ted Rogers père en 1927. La société est passée entre les mains de plusieurs propriétaires, notamment l'empire Hollinger de Conrad Black, avant d'aboutir entre celles de la famille Slaight.

Standard souhaitait s'inscrire en Bourse sous forme de fiducie de revenu l'an dernier mais a subitement annoncé en juin 2006 qu'elle repoussait le projet à plus tard en raison des conditions du marché, qu'elle jugeait mauvaises.

Pour effectuer l'acquisition, Astral versera 880 millions en argent comptant et versera le reste en actions de catégorie A sans droit de vote. L'achat représente pour Astral le résultat d'un long cheminement dont l'objectif était de trouver une façon de poursuivre sa croissance. Hier, son président, Ian Greenberg, a dit que la compagnie demeurait à l'affût de toute occasion d'achat qui pourrait éventuellement se présenter.

Avec ses stations de radio, ses chaînes spécialisées et son réseau d'affichage publicitaire, Astral a généré l'an dernier un chiffre d'affaires de près de 600 millions. L'acquisition d'hier fera passer sa part du marché canadien de 11 % à 31 %. Corus glisse donc au deuxième rang, avec 28 %, suivi de Rogers avec 14 %.

Du même souffle, Astral a dévoilé hier des revenus de 150 millions pour son premier trimestre, en hausse de 8 % par rapport à la même période l'an dernier. Le bénéfice net a grimpé de 9 % à 24,6 millions. La plus forte croissance est venue du secteur de la télévision.

Astral a profité de l'occasion hier pour annoncer le rachat de la part de 50 % qu'elle ne possédait pas déjà dans MusiquePlus et MusiMax, une transaction qui lui coûtera 34 millions.

Les actionnaires et investisseurs ont bien réagi aux annonces hier. L'action d'Astral a grimpé à 42,96 $, en hausse de 3,3 %.

À voir en vidéo