Après les abolitions de postes, Loblaw coupe les prix

La chaîne de supermarchés Loblaw, qui éprouve des difficultés financières, espère que la réduction de ses prix, l’amélioration de son service à la clientèle et la plus grande disponibilité de ses produits lui permettront de hausser ses profi
Photo: Jacques Nadeau La chaîne de supermarchés Loblaw, qui éprouve des difficultés financières, espère que la réduction de ses prix, l’amélioration de son service à la clientèle et la plus grande disponibilité de ses produits lui permettront de hausser ses profi

Toronto — La chaîne de supermarchés Loblaw, qui éprouve des difficultés financières, espère que la réduction de ses prix, l'amélioration de son service à la clientèle et la plus grande disponibilité de ses produits lui permettront de hausser ses profits de 10 % d'ici trois à cinq ans.

«Nous n'offrons pas un rapport qualité-prix équitable et nous ne récoltons pas auprès des consommateurs les retombées attendues de nos investissements», a déclaré hier le président directeur, Galen Weston fils, lors d'une rencontre avec des analystes. «Nous ne disposons pas d'un nombre suffisant de formats distinctifs, nous souffrons de problèmes de disponibilité, et nos prix sont trop élevés», a-t-il ajouté en faisant référence aux pressions exercées par la concurrence de Wal-Mart.

L'entreprise, qui a encaissé ce mois-ci sa première perte trimestrielle en 19 ans, espère parvenir à hausser ses ventes de 5 % en plus de faire passer ses liquidités à 250 millions, a dit M. Weston.

Au cours des 12 prochains mois, Loblaw se consacrera à améliorer l'efficacité de ses activités de vente au détail et de ses modes de fonctionnement, en plus d'apporter des modifications à court terme à sa chaîne d'approvisionnement.

L'entreprise entend notamment s'attaquer à l'amélioration de sa bannière ontarienne Real Canadian Superstores et à la promotion des services financiers Le Choix du président, qui ne comptent que trois millions de clients même si 12 millions de personnes font leurs emplettes chez Loblaw.

Loblaw se concentrera de plus sur son étiquette maison Le Choix du président, les vêtements bon marché de marque Joe Fresh et les ventes en pharmacie.

L'entreprise a annoncé il y a quelques semaines l'abolition d'environ un millier d'emplois administratifs pour simplifier ses opérations et devenir plus rentable dans un contexte de concurrence accrue. Loblaw a notamment éprouvé de grandes difficultés à améliorer son système de distribution national au moment où elle cherchait aussi à diversifier sa gamme de produits pour rivaliser avec Wal-Mart et les autres.

M. Weston a pris la relève de son père, le milliardaire Galen Weston père, à la tête de l'entreprise en septembre dernier. Il s'est depuis affairé à réduire les coûts et à simplifier le fonctionnement de la compagnie.

La semaine dernière, la société mère George Weston annonçait s'attendre à une perte de 500 millions au quatrième trimestre, essentiellement en raison de la dégringolade de la valeur de la chaîne Provigo, dont Loblaw est propriétaire au Québec.

Le prochain directeur financier de l'entreprise, William Wells, qui entrera en fonction le 2 avril, a précisé que si l'entreprise dispose d'une base financière solide, pour atteindre ses buts financiers, les mesures annoncées mercredi représentent un 'souhait' et non des prévisions fermes.

«C'est un redressement qui durera trois ans [et il] faudra y mettre le temps, a-t-il dit. Nous n'atteindrons pas ces niveaux instantanément.»

Loblaw espère réaliser de premières économies à l'automne 2007, suivies d'économies sur les frais généraux à l'été 2008.

À voir en vidéo