Un plan pour économiser des milliards

Paris — Le plan de restructuration du constructeur européen Airbus, baptisé «Power8» et qui doit être dévoilé mardi, prévoit une vaste réorganisation de la production et des suppressions d'emplois, en vue de générer des réductions de coûts de deux milliards d'euros par an à horizon 2010.

Ce plan de compétitivité, conçu par l'ex-p.-d.g. d'Airbus Christian Streiff, a été repris par son successeur Louis Gallois.

Présenté début octobre après l'annonce de nouveaux retards du programme de l'avion géant A380, «Power8» vise une réduction des coûts d'«au moins» deux milliards d'euros par an «à partir de 2010», une réduction de deux ans des cycles de développement et une hausse de 20 % de la productivité.

Il doit permettre de générer cinq milliards d'euros de liquidités d'ici 2010.

Le groupe prévoit notamment de «réduire de 30 % ses frais de fonctionnement».

Concernant les effectifs, les suppressions d'emplois se feront via des «mesures d'âge» et une réduction de l'emploi intérimaire ou des CDD dans la production, le risque de plan social étant jugé «très faible». Pour l'heure, Airbus n'a donné aucune prévision chiffrée de ces réductions d'effectifs.

Sur le plan industriel, un tri a été prévu «dans la liste des projets de rationalisation», afin de lancer les meilleurs en 2007. Le partage des tâches des chaînes d'assemblage final à Hambourg et Toulouse sera probablement modifié.

L'avionneur compte par ailleurs passer en revue ses sites en Europe, au nombre de 16, dont quatre en France et sept en Allemagne.

Enfin, il compte déterminer les activités qui font partie de son coeur de métier et les autres, qui pourraient être sous-traitées.

En Loire-Atlantique (Ouest), où Airbus fabrique des tronçons d'avion, les syndicats craignent pour l'avenir du plus petit des deux établissements de Saint-Nazaire (900 salariés sur 2500).

En Allemagne, les sites de Varel (1300 employés) et Nordenham (2200 salariés) pourraient être cédés, selon la presse allemande.