Air Canada n'achèterait pas de Série C avant 2015

Le transporteur Air Canada ne serait pas désireuse d'acheter des avions Bombardier Série C avant 2015 dans le meilleur des cas, a déclaré hier le chef de la direction de la compagnie aérienne, Montie Brewer.

La société brésilienne Embraer construit déjà des appareils similaires pour Air Canada, a ajouté M. Brewer.

Celui-ci a aussi indiqué que le transporteur avait des discussions avec Bombardier au sujet de la Série C, des appareils d'une capacité de 110 à 130 passagers.

«Si [Bombardier] parvient à fabriquer l'appareil de la façon dont il a été conçu et à respecter ses prévisions de coûts, alors ils auront un appareil qui sera bien accueilli par le marché», a déclaré M. Brewer.

Il a toutefois tenu à dire qu'Air Canada est satisfait des appareils construits par Embraer, ajoutant qu'ils étaient aussi efficaces que prévu.

«Nos clients les aiment, nos employés les aiment. Je ne crois pas que nous changerons notre décision, mais on s'en reparlera en 2015», a-t-il dit.

M. Brewer a soutenu que, grâce à la nouvelle technologie, les futurs appareils dureront plus longtemps. Comme l'usure des appareils sera plus lente, ils nécessiteront un peu moins d'entretien, ce qui permettra des économies.

«L'équipement électronique sera plus léger et efficace, cela nous permettra de mieux contrôler l'état des appareils et de mieux l'entretenir, plus rapidement, plus efficacement. On pourra agir de façon plus préventive», a-t-il expliqué.

Bombardier a fait savoir que les appareils de Série C seront lancés d'ici 2013 et qu'elle discute avec plusieurs clients internationaux. L'entreprise croit qu'elle pourrait écouler 5800 de ces appareils sur une période de 20 ans.

L'analyste Horst Hueniken, de la firme Westwind Partners, rappelle toutefois qu'Embraer offre déjà des appareils de ce genre.

«Ils [Air Canada] ont déjà défini leurs besoins, donc, pour qu'ils décident d'acheter un appareil de la Série C, il faudrait qu'ils modifient leur flotte, et il n'y a aucun signe ni aucune raison de penser qu'ils le feront», a-t-il dit.

M. Brewer a également expliqué que l'utilisation de matériaux composites, une plus grande efficacité énergétique et la conception de la voilure ont permis à Embraer de produire un appareil économique de petite taille, qui plaît aux passagers et qui est doté de «capacités transcontinentales», permettant de relier Montréal à Denver, par exemple.

«Ça nous donne plus de marchés sans escale, ce qui nous offre une occasion incroyable d'améliorer notre produit pour nos clients», a-t-il dit.

L'action d'Air Canada se vendait à 18,15 $, en baisse de 15 ¢, après la clôture des marchés, hier à la Bourse de Toronto. Celle d'ACE Aviation, la société mère d'Air Canada avait gagné 28 ¢ à 34,96 $.