Fonds d'investissement - La Financière Power met le pied en sol américain

C'est confirmé, la Financière Power effectue une percée dans l'univers des fonds d'investissement aux États-Unis. La filiale Great-West Lifeco se porte acquéreur de Putnam Investments pour une contrepartie de 3,9 milliards $US.

Les rumeurs circulaient depuis déjà deux mois. Puis le 4 janvier dernier, la Financière Power confirmait être en pourparlers avec le géant américain du courtage d'assurances Marsh & McLennan en vue d'acquérir sa filiale en gestion de fonds d'investissement. C'est fait. «La filiale Great-West Lifeco de la Corporation Financière Power fera l'acquisition de l'entreprise de gestion d'actifs de Putnam Investments Trust», peut-on lire dans le communiqué diffusé hier. De plus, la Great-West, compagnie d'assurance vie, achètera la participation de 25 % de Putnam dans T. H. Lee Partners, ajoute-t-on.

La transaction est évaluée à 3,9 milliards $US. Elle comprend un avantage fiscal que Lifeco monnaiera pour environ 550 millions, dans le cadre d'une opération de titrisation d'actif.

«La Corporation Financière Power souhaitait depuis quelque temps déjà étendre la présence aux États-Unis de son groupe de sociétés de services financiers, en faisant l'acquisition d'une entreprise de services financiers solide, fermement établie et réputée, disposant d'un vaste réseau de distribution. Putnam répond à tous ces critères», a ajouté la filiale financière de Power Corporation.

L'institution présente Putnam comme l'une des plus anciennes et des plus importantes entreprises de gestion de placements aux États-Unis. Fondée en 1937, elle affichait au 31 décembre dernier un actif sous gestion de 192 milliards $US. «Dans des bureaux situés à Boston, à Londres et à Tokyo, les quelque 3000 employés de Putnam gèrent des actifs de 118 milliards $US pour des investisseurs américains en fonds communs de placement, de 39 milliards pour des comptes institutionnels nord-américains et de 35 milliards pour des institutions et des particuliers en Europe et au Japon.»

Pour sa part, la Financière Power trône au premier rang de l'industrie canadienne des fonds d'investissement avec un actif net sous gestion de 105,6 milliards de dollars canadiens au 31 décembre dernier, réparti entre le Groupe Investors et la Corporation financière Mackenzie. Deuxième joueur en importance au pays, RBC Gestion d'actif revendiquait un actif net de 71,8 milliards à la fin de 2006.

Au cumul, «l'acquisition de Putnam devrait porter à quelque 520 milliards de dollars canadiens le total de l'actif propre et de l'actif administré du groupe de la Financière Power».

Question de synergie, les produits d'assurance et de retraite de la Great-West auront donc accès à un vaste réseau de distribution aux États-Unis et à quelque neuf millions de comptes d'actionnaires. Au Japon, Putnam «distribue des fonds communs de placement en participation avec Nippon Life, la plus importante compagnie d'assurances japonaise», a renchéri Power.

Au début de janvier, les analystes commentaient la rumeur en faisant ressortir la complémentarité avec la présence de la Great-West aux États-Unis. Ce pied-à-terre en sol américain prend la forme d'un réseau de 90 succursales employant 6600 personnes et affichant un actif sous gestion de 37,8 milliards $US.

Mise en vente en septembre dernier, Putnam ne cadrait plus dans les plans de Marsh & McLennan. Le gestionnaire de Boston venait également de traverser une période de mauvais rendements et parvenait à faire oublier sa participation dans des activités illégales de synchronisation de marché («market timing»), enregistrant en octobre 2006 une entrée nette de fonds pour la première fois en plusieurs années. La Presse canadienne rappelait, en janvier, que Putnam s'est retrouvée au coeur de ce «scandale», en 2003, et qu'elle a dû verser plus de 190 millions $US en règlement des enquêtes. Dans l'intervalle, le gestionnaire a perdu la moitié de son actif sous gestion.