Bonne performance de la croissance américaine en 2006

Washington — La croissance américaine a progressé à 3,4 % en 2006, contre 3,2 % l'année précédente, en dépit des difficultés de l'immobilier résidentiel, a indiqué hier le département du Commerce.

Cette bonne performance s'explique notamment par le fait que la croissance, après avoir touché un plus bas à l'automne, s'est nettement reprise en fin d'année.

Au quatrième trimestre, la croissance a progressé à 3,5 % (en rythme annuel) après 2 % au trimestre précédent, soit la hausse la plus importante depuis le début de l'année. C'est aussi une bonne surprise pour les analystes qui tablaient sur une hausse de 3 % seulement du Produit intérieur brut (PIB) en rythme annuel.

Comme les années précédentes, les consommateurs sont restés les moteurs de la croissance en 2006, avec des dépenses en hausse de 3,2 % (après +3,5 %). Mais leur désaffection pour l'immobilier a pesé sur l'économie, puisque l'investissement dans la pierre des ménages a plongé de 4,2 %, le recul le plus rapide depuis la précédente crise du secteur en 1991.

Cela a amputé la croissance de l'équivalent de 0,26 point de PIB. À titre de comparaison, la balance commerciale, traditionnellement le talon d'Achille de l'économie américaine, n'a retiré que 0,2 point à la croissance en 2006. Cela s'explique peut-être par la dépréciation du dollar: les exportations ont bondi de 8,9 % l'an dernier, le rythme le plus élevé depuis 2004, tandis que les importations n'augmentaient que de 5,8 %, la hausse la plus faible en trois ans.

Du côté de l'inflation, le rapport apporte également des signes rassurants: l'indice des prix lié aux dépenses de consommation (PCE) a reculé de 0,8 % au quatrième trimestre, la baisse la plus importante depuis l'automne 1954, après une hausse de 2,4 % au trimestre précédent. L'indice PCE hors alimentation et énergie a augmenté de 2,1 % après 2,2 %.

Cela porte l'inflation annuelle à 2,8 % pour l'indice général sur l'ensemble de 2006 (après +2,9 %) et à 2,2 % pour l'indice de base (après +2,1 %).