La BMO supprime 1000 emplois

Le président et chef de la direction de BMO Groupe financier, Tony Comper, a annoncé que 1000 postes, soit environ 3 % des effectifs, seron abolis à la suite d’un examen de ses activités et de la façon dont le groupe soutient ses ventes et son ser
Photo: Agence Reuters Le président et chef de la direction de BMO Groupe financier, Tony Comper, a annoncé que 1000 postes, soit environ 3 % des effectifs, seron abolis à la suite d’un examen de ses activités et de la façon dont le groupe soutient ses ventes et son ser

Toronto — BMO Groupe financier supprimera 1000 emplois dans le cadre d'une restructuration dont l'objectif est d'améliorer ses ventes, améliorer son service à la clientèle et donner un coup de pouce à ses résultats financiers, après avoir connu en 2006 une de ses années les plus profitables.

La grande banque a annoncé hier en fin de journée qu'elle éliminera 1000 postes, soit environ 3 % de ses effectifs, à la suite d'un examen de ses activités et de la façon dont elle soutient ses ventes et son service.

La Banque de Montréal, qui a engrangé au long de son année fiscale 2006 des profits de 2,6 milliards, encaissera une charge de restructuration d'environ 135 millions pour son trimestre dont les résultats seront annoncés le 1er mars.

Les retombées de la réduction des coûts découlant de cette initiative sont importantes pour l'atteinte des objectifs financiers de 2007, a indiqué l'entreprise.

«Chez BMO, les employés constituent notre plus important avantage concurrentiel, a indiqué le président et chef de la direction de BMO Groupe financier, Tony Comper. C'est pourquoi il est toujours difficile de prendre des décisions qui entraînent la suppression d'emplois.»

«Toutefois, nous jugeons essentiel pour nos clients, nos employés et nos actionnaires de prendre des mesures pour rendre nos fonctions de soutien rationnelles et efficaces, simplifier nos processus, alléger notre structure et éliminer les chevauchements de tâches à l'échelle de l'entreprise.»

Les licenciements viseront des employés de tous les niveaux dans toutes les divisions de la banque, mais surtout des employés qui n'ont pas de contact avec la clientèle, a précisé BMO Groupe financier.

La plus grande partie des licenciements aura lieu au cours de 2007, a indiqué la banque, sans toutefois préciser quels endroits seront touchés par les suppressions d'emploi.

BMO compte 35 000 employés, incluant ceux de ses banques régionales Harris à Chicago et d'autres compagnies financières aux États-Unis.

De la somme de 135 millions en frais de restructuration, 117 millions $ sont reliés aux indemnités de licenciement et 18 millions à des frais non reliés au personnel.

À la Bourse de Toronto, hier, le titre de l'institution financière a terminé la journée en baisse de 72 ¢, soit 1 %, à 70,01 $.