Hôtellerie - Le Groupe Germain passe à l'Ouest

Calgary — Le Groupe Germain a annoncé hier un investissement de 110 millions dans le secteur hôtelier de Calgary, après avoir annoncé la veille l'ouverture prochaine d'un hôtel à Toronto.

L'édifice de 20 étages comprendra l'hôtel-boutique de 150 chambres, 42 unités de condos ainsi qu'une tour à bureaux, a indiqué hier l'entreprise de Québec. «Ce projet contribue à revitaliser le centre-ville de Calgary et amène du résidentiel dans le centre-ville», a affirmé Christiane Germain, coprésidente et chef de la direction du Groupe Germain, lors d'une conférence téléphonique.

Lundi, le Groupe Germain a annoncé qu'il ouvrira à Toronto un deuxième hôtel, qui comptera 171 chambres, et dont le coût de construction est de 450 millions.

À Calgary, le Groupe Germain a reçu le permis de développement des autorités municipales le 14 décembre, et prévoit entreprendre la construction de l'établissement, qui sera situé près de la Tour de Calgary, en mars 2007. Le projet devrait être complété et prêt pour occupation au cours du printemps 2009. Il sera réalisé en partenariat avec Grenville Properties. Cette entreprise était propriétaire du terrain et sa direction a décidé de vendre le lotissement au Groupe Germain tout en demeurant partenaire du projet, a dit Mme Germain.

La participation respective des deux entreprises dans le projet n'a pas été révélée.

L'hôtel de Calgary s'ajoutera aux quatre autres établissements que le Groupe Germain exploite déjà dans les villes de Québec, Montréal et Toronto.

Calgary présentait plusieurs aspects intéressant pour le projet de l'entreprise, dont la vigueur de son économie et de son secteur hôtelier, a affirmé Mme Germain. Le Groupe Germain a pour objectif d'ouvrir un établissement dans chaque grande ville canadienne, dont Vancouver, a-t-elle indiqué. Des démarches en ce sens sont en cours sur la côte Ouest, mais cette expansion ne se fera pas à tout prix.

«C'est pas quelque chose qu'on fait par acquisition et dans le cas des deux derniers projets annoncés cette semaine, ils ont nécessité beaucoup de planification, soit de un an et demi à deux ans, a-t-elle dit. Je peux vous dire qu'on est intéressés par Vancouver mais à ce stade-ci, je ne peux rien vous dire et peut-être que rien n'arrivera si on ne trouve rien qui correspond à nos spécifications.»

Par ailleurs, Mme Germain s'est dite confiante que les coûts de construction de l'hôtel demeureront contrôlés malgré le pénurie de main-d'oeuvre et le coût élevé des matériaux en Alberta. Selon elle, le secteur de la construction ne sera peut-être pas aussi surchargé en 2007. Les travailleurs locaux construiront l'hôtel mais des entreprises québécoises seront aussi impliquées dans le projet comme sous-traitants.