Danone crée un fonds d'investissement pour des aliments à prix réduits

Le p.-d.g. du groupe agroalimentaire Danone, Franck Riboud, en compagnie du Prix Nobel de la Paix, Muhammad Yunus. «Je ne veux pas faire la charité, pas sauver la planète, ni faire de l’image, mais apporter la santé par l’alimentation via le biai
Photo: Agence France-Presse (photo) Le p.-d.g. du groupe agroalimentaire Danone, Franck Riboud, en compagnie du Prix Nobel de la Paix, Muhammad Yunus. «Je ne veux pas faire la charité, pas sauver la planète, ni faire de l’image, mais apporter la santé par l’alimentation via le biai

Paris — Danone va lancer un fonds d'investissement pour «le business social» qui concentrera ses investissements sur la production d'aliments à des prix accessibles aux plus pauvres, a annoncé hier le p.-d.g. du groupe agroalimentaire français Franck Riboud.

Ce fonds baptisé danone.communities et présenté comme le premier de ce type lancé par un groupe industriel, permettra notamment la production de yaourts dans une usine de Bogra (Bangladesh), créée en joint-venture avec la Grameen Bank du Prix Nobel de la Paix, Muhammad Yunus.

«Je ne veux pas faire la charité, pas sauver la planète, ni faire de l'image, mais apporter la santé par l'alimentation via le biais [sic] du business social car une bonne nutrition fait reculer la pauvreté», a déclaré le p.-d.g. de Danone, numéro un mondial des produits laitiers frais et numéro deux des eaux en bouteilles lors d'une conférence de presse avec M. Yunus, en visite en France.

«En vitesse de croisière, nous souhaitons lever une masse de 50 à 100 millions d'euros», a précisé Emmanuel Faber, directeur général Asie-Pacifique de Danone.

Les régions dans lesquelles ce fonds investira seront «l'Amérique Latine, l'Asie et certains pays d'Afrique», a précisé M. Riboud.

Au Bangladesh, l'usine de Bogra (150 km au nord de Dacca) doit produire 3000 tonnes de yaourts à partir du lait recueilli dans 300 microfermes de quatre vaches en moyenne, créées avec l'aide des prêts de microcrédit de la Grameen Bank. 50 petites usines sont prévues à terme.

Ce fonds d'investissement, dans lequel Danone devrait apporter 20 % du capital initial, sera ouvert aux actionnaires du groupe, qui pourront y réinvestir tout ou partie de leurs dividendes, aux salariés, qui pourront choisir d'y placer une partie de leur intéressement et participation, ainsi qu'aux particuliers et aux groupes intéressés.