«Bravo, voici vos 40 millions!»

New York — Le p.-d.g. de Morgan Stanley va recevoir un bonus record de 40 millions de dollars, en récompense des services rendus à sa banque d'affaires qui devrait bientôt publier les plus hauts bénéfices de son histoire mais le montant ne devrait pas rester un record très longtemps.

Selon un document transmis au régulateur boursier américain (SEC), John Mack a reçu 461 821 actions de la banque d'affaires, ce qui au cours de clôture retenu du 12 décembre, équivaut à environ 36,2 millions de dollars, ainsi que 178 945 stocks options équivalant à environ quatre millions de dollars.

Ce bonus est jusqu'ici le plus haut jamais attribué à un dirigeant de Wall Street, indiquait hier la presse américaine.

Il s'explique, selon les observateurs, par le fait que Morgan Stanley devrait annoncer mardi les plus hauts bénéfices de son histoire, dopés par une activité financière extrêmement faste en 2006, tant sur le front des marchés actions que des fusions et acquisitions.

John Mack, 62 ans, a pris la tête de Morgan Stanley fin 2005. Il avait quitté la banque en 2001 après plus de 20 années passées dans ses rangs, à l'issue d'une lutte pour le pouvoir avec son ancien p.-d.g., Philip Purcell.

Le bonus qu'il va recevoir dépasse les 38,3 millions de dollars attribués en 2005 à l'ancien p.-d.g. de Goldman Sachs, Henry Paulson. Il éclipse aussi les 10,9 millions de dollars reçus cette année par le p.-d.g. de Lehman Brothers, Richard Fuld.

Néanmoins, «il ne devrait pas rester un record très longtemps», affirme Alan Johnson, directeur de Johnson Associates, un cabinet de conseil en rémunération.

Selon le spécialiste, ce bonus devrait en effet être bientôt supplanté par la prime qui sera attribuée dans les jours qui viennent au p.-d.g. de Goldman Sachs Lloyd Blankfein et au p.-d.g. de Merrill Lynch, Stan O'Neal.

Le premier devrait recevoir «entre 46 et 48 millions de dollars de bonus» et le second «entre 42 et 43 millions», estime M. Johnson.

Après une année 2005 déjà record, qui a permis aux banquiers d'affaires et courtiers de Wall Street d'empocher 21,5 milliards de dollars, «les bonus devraient globalement augmenter de 15 à 20 % cette année», pronostique aussi Alan Johnson.