Vent de consolidation dans le transport aérien aux États-Unis

Selon plusieurs analystes, le secteur aérien est mûr pour une consolidation. En plus des discussions entre Continental et US Airways, la compagnie AirTran Airways a annoncé hier avoir fait une offre inamicale de rachat sur sa concurrente Midwest Airli
Photo: Agence France-Presse (photo) Selon plusieurs analystes, le secteur aérien est mûr pour une consolidation. En plus des discussions entre Continental et US Airways, la compagnie AirTran Airways a annoncé hier avoir fait une offre inamicale de rachat sur sa concurrente Midwest Airli

Washington — L'offre de rachat d'AirTran sur sa concurrente Midwest, et de possibles discussions entre Continental et United Airlines, témoignent une nouvelle fois du désir de consolidation des compagnies aériennes américaines, en difficultés depuis 2001.

«Le secteur est fragmenté et mûr pour une consolidation», estiment hier les analystes sectoriels de Calyon, Ray Neidl, Christine Min et Sanaz Kafayi dans une note.

«Personne ne veut se retrouver sur le bord de la route, lorsque le jeu des restructurations sera terminé», explique pour sa part Richard Aboulafia, analyste du cabinet de consultants Teal Group. Or «beaucoup pensent que lorsque le processus va commencer, les choses vont aller assez vite», ajoute-il.

La compagnie aérienne américaine à bas coûts AirTran Airways a annoncé hier avoir fait une offre inamicale de rachat sur sa concurrente Midwest Airlines pour 290 millions de dollars.

Par ailleurs, United Airlines et Continental Airlines sont actuellement en discussions en vue d'une possible fusion, affirme hier le New York Times, citant des personnes prenant part aux négociations.

Contactés hier par l'AFP, des porte-parole des deux compagnies n'étaient pas disponibles pour des commentaires.

«Alors que le secteur aérien devient de plus en plus concurrentiel et les opérations de consolidation de plus en plus courantes, une combinaison de nos deux entreprises offre la meilleure opportunité possible de servir les intérêts de nos constituants», a affirmé le p.-d.g. d'AirTran, Joe Leonard, pour expliquer son offre sur Midwest Airlines.

Si le temps presse pour les compagnies américaines, durablement ébranlées par le ralentissement de 2001, les attentats terroristes du 11-Septembre et la flambée des prix du pétrole, c'est que US Airways a sonné le début des hostilités.

Le sixième transporteur aérien des États-Unis, sorti de la faillite fin septembre 2005, a présenté le 15 novembre une offre inamicale de 8 milliards de dollars sur sa concurrente Delta, numéro trois du secteur, en dépôt de bilan.

«Aujourd'hui, le calendrier se prête» à des opérations de fusion et acquisition dans le secteur, «car nous avons l'exemple d'US Airways», explique M. Aboulafia.

Outre l'avantage d'avoir tiré le premier, US Airways jouit du prestige d'avoir eu l'audace et la capacité d'absorber sa concurrente America West, lors d'une opération lancée en mai 2005.

«C'est le seul exemple qui me vient à l'esprit de fusion entre égaux dans le secteur aérien aux États-Unis», affirme M. Aboulafia. Or «les financiers apprécient le fait qu'il existe un exemple», souligne-t-il.

L'environnement dans lequel évolue le secteur est également favorable. «Les ventes de billet ont commencé à reprendre, les prix du pétrole ont un peu reculé, en d'autres termes il y a suffisamment d'espoir à l'horizon pour que le secteur financier permette un tel développement», résume-t-il.

Selon les analystes de Calyon, «plusieurs équipes dirigeantes et sources de financement sont prêts pour entamer le processus».

Combien de transporteurs survivront-ils à cette consolidation dont M. Aboulafia avertit qu'elle «ne sera pas jolie-jolie»?

«Les gens pensent que le nombre d'or pour les compagnies aériennes traditionnelles sur le marché américain, c'est trois», dit-il: «Cela veut dire que le nombre de transporteurs traditionnels va être divisé par deux».