Moody's place sous examen la dette de Bombardier

Une quatrième firme de notation du crédit entend également soumettre la dette à long terme de Bombardier et de sa filiale, Bombardier Capital, à sa grille d'analyse.

L'agence new-yorkaise Moody's fait ainsi écho à S&P et à Fitch et n'exclut pas une prochaine décote. Le 18 septembre, Standard and Poor's accolait une perspective négative à la dette de Bombardier et de sa filiale financière en raison de «l'augmentation du niveau d'endettement, de la faiblesse persistante de la division des avions, de l'incertitude à moyen terme dans la division de l'aéronautique commerciale ainsi que de la possibilité que cette faiblesse puisse empêcher Bombardier d'atteindre ses objectifs concernant ses rentrées de fonds et la réduction de la dette.» Plus précisément, l'agence new-yorkaise émettait des réserves quant à l'objectif de Bombardier consistant à afficher les fonds autogénérés suffisants pour lui permettre d'abaisser son endettement à un niveau compatible avec sa cote actuelle. La veille, l'agence institutionnelle Fitch associait également une perspective négative à la dette de Bombardier, comme l'avait fait l'agence canadienne Dominion Bond Ratings à la fin du mois d'août. À la fin de septembre, par mesure préventive, Bombardier Aéronautique annonçait la mise à pied de près de 2000 personnes, dont 915 à Montréal.