Boeing et CAE produiront ensemble des systèmes anti-missiles

Toronto - L'équipementier canadien CAE et le constructeur américain Boeing ont annoncé, hier, qu'ils vont de concert mettre au point des systèmes de défense anti-missiles.

Connu pour ses avions civils, Boeing est aussi un gros fournisseur du Pentagone, qui s'intéresse à la gamme Strive, de CAE, d'«outils logiciels de modélisation et simulation» en vue de mettre au point des systèmes de détection et d'interception des «agressions balistiques», ainsi que des systèmes de commandement et communication.

Cette coentreprise vise «l'élaboration d'une technologie de défense anti-missiles dont, au bout du compte, bénéficieront les populations de nombreuses nations», affirme dans un communiqué CAE, basé à Toronto et qui compte une usine à Montréal.

L'été dernier, lors du salon aéronautique de Farnborough, en Grande-Bretagne, Boeing avait signé des accords analogues avec les groupes italien Finmeccanica et European Aeronautics and Defense Systems (EADS) ainsi que l'anglais BAE.

Détenant du gouvernement américain la maîtrise d'oeuvre d'une partie du programme intégré de défense anti-missiles, Boeing voit l'accord avec CAE comme «le cadre ouvert d'une collaboration à long terme».

La division responsable de Boeing, basée à St. Louis, construit entre autres des «éléments du segment terrestre pour l'interception des missiles à mi-course», ce qui inclut des «intercepteurs terrestres, radars d'alerte précoce et interfaces avec les satellites d'alerte à infrarouge».