Un non-Japonais chez Nintendo

Les amateurs du jeu et la presse spécialisée ont rapidement couronné et baptisé Reggie Fils-Aimé le «Regginator».
Photo: Agence France-Presse (photo) Les amateurs du jeu et la presse spécialisée ont rapidement couronné et baptisé Reggie Fils-Aimé le «Regginator».

Il est né en 1961. Dans le Bronx. De parents haïtiens. Quarante-cinq ans plus tard, Reggie Fils-Aimé devenait, il y a six mois, le premier non-Japonais à prendre les commandes de la filiale nord-américaine de Nintendo.

Rencontrer Reggie Fils-Aimé, c'est rencontrer quelqu'un qui, par la fougue qui l'anime lors des grandes foires de jeu vidéo, est devenu une sorte de vedette underground. Un homme passé par de nombreuses multinationales, un cadre de carrière, mais que les amateurs du jeu et la presse spécialisée ont rapidement couronné et baptisé le «Regginator».

«Être le premier non-Japonais, je vous dirais que je n'y pense pas beaucoup», a-t-il indiqué lors de son récent passage à Montréal pour le troisième Sommet international du jeu, qui a réuni plus de 800 artisans du secteur pour deux jours de conférences et d'ateliers. «Je sais qu'il s'agit d'un honneur et que ça constitue un développement important au sein de la compagnie, mais je suis vraiment occupé à m'assurer que notre console portable DS va bien et que le lancement de la nouvelle console Wii se déroulera tout aussi bien.»

Son agenda, en effet, déborde. Entre la gestion des opérations de tous les jours et le développement de la compagnie en sol nord-américain, il se rend également au pays du Soleil levant tous les deux mois, où il rencontre la haute direction à Kyoto. «Je suis reconnaissant à Satoru Iwata [le grand patron de Nintendo] de croire que mon leadership peut faire une différence, mais je ne suis pas aussi, comment dire, "intimidé" que ce que les gens pourraient être portés à croire.»

S'implanter à Montréal?

Nintendo n'a toujours aucune présence à Montréal mais n'exclut pas de mettre un jour le pied au Québec, qui compte déjà sur son territoire quelques autres grosses pointures de l'industrie mondiale, comme Ubisoft et Electronic Arts. L'entreprise, qui promouvait la semaine dernière sa nouvelle console avec le slogan «Oh Wii!» au Sommet du jeu vidéo, est tout à fait au courant des atouts du Québec, dont la langue et l'expertise.

«Nous essayons, pour le marché nord-américain, d'avoir des jeux disponibles en trois langues, soit l'anglais, l'espagnol et le français. Et quand on pense aux façons de créer ces produits et de les commercialiser, la capacité montréalaise est quelque chose qu'on évalue présentement», a dit Reggie Fils-Aimé.

«Nous n'avons pas d'échéancier pour cette décision. Nous avons un échéancier, mais il porte sur les efforts visant à localiser tous nos produits [notamment pour le français]. Et ça, c'est environ 13 mois», a dit M. Fils-Aimé. Dans le jargon du jeu vidéo, le terme «localiser» signifie l'adaptation d'un produit à une zone géographique ou à une clientèle particulières.

Montréal et le Québec, qui compte environ 2000 artisans dans le secteur, ont de plus en plus d'influence sur le jeu vidéo, croit M. Fils-Aimé. «Plusieurs des jeux qui peuvent être joués sur nos consoles viennent de Montréal; que l'on pense à ceux d'Ubisoft, par exemple, ou même Electronic Arts. Alors l'impact est significatif.»

Si le Québec a réussi, au fil des ans, à attirer des entreprises étrangères dans ce créneau, c'est en partie grâce aux incitatifs fiscaux. Nintendo est-elle au courant de ces diverses mesures? «Oui, nous le sommes», dit M. Fils-Aimé, d'un ton qui ne laisse aucun doute. «De plus en plus de pays et de villes partout dans le monde se servent d'incitatifs fiscaux. [...] C'est un facteur, mais ce n'est pas le plus gros. Le plus gros, c'est la qualité du produit fini.»

Avant d'aboutir chez Nintendo en 2003, Reggie Fils-Aimé a passé du temps chez VH1, une chaîne de télévision américaine axée sur la musique et les vidéos. Spécialisé en marketing, il a également travaillé chez Guinness Import, Derby Cycle Corp., Pizza Hut, Panda Management et Procter & Gamble.

Nintendo compte environ 3000 employés à l'échelle mondiale et génère un chiffre d'affaires de 4,5 milliards $US.