Sondage - Les investisseurs délaissent l'immobilier

Les investisseurs canadiens délaissent de plus en plus le marché immobilier. Cette année, ils entendent se tourner vers le marché boursier et cotiser davantage à leur REER.

En résumé, «les investisseurs à la recherche de croissance se tournent de plus en plus vers le marché boursier et leur REER à mesure que la "bulle d'enthousiasme" pour l'immobilier se dégonfle», selon les conclusions d'un sondage publié hier par le Groupe Investors.

Ainsi, les répondants déchantent par rapport au potentiel de croissance de l'immobilier. En fait, «à peu près la moitié des Canadiens non retraités qui ont participé au sondage sont d'avis que la croissance de la valeur de leur actif immobilier sera supérieure à celle de leurs autres placements dans les dix prochaines années. Il s'agit d'une baisse par rapport aux 65 % qui avaient la même opinion l'an passé».

Investors rappelle d'ailleurs que «les valeurs des immeubles résidentiels n'ont pas augmenté aussi rapidement que l'indice de la Bourse de Toronto (TSX). Dans la dernière période de 10 ans pour laquelle nous avons des statistiques (1995 à 2005), le prix de vente des immeubles résidentiels a augmenté d'un peu plus de 5 % par année en moyenne, selon l'Association canadienne de l'immeuble, tandis que les rendements du TSX se sont établis à 11 % en moyenne par année.»

Le sondage, mené par le Centre de recherche Décima, indique également que les répondants ont l'intention de cotiser davantage à leur REER. «Cette année, les deux tiers des Canadiens qui détiennent un REER prévoient cotiser un montant identique ou plus élevé que pour l'année d'imposition 2005. De fait, un nombre plus élevé de répondants prévoient accroître leur cotisation cette année (31 % contre 26 % en 2005).» De plus, 29 % des répondants affirment ne pas avoir de REER ou de FERR, mais parmi eux, 15 % prévoient commencer à cotiser à l'un de ces régimes avant le mois de mars l'an prochain.

La confiance envers le marché boursier demeure très positive. Une tranche de 43 % prévoient investir dans le marché boursier au moyen de fonds communs de placement et une autre tranche de 6 % prévoient investir directement dans le marché des actions, a ajouté le Groupe Investors, qui parle d'attentes réalistes et raisonnables en matière de rendement à long terme. «Notre sondage révèle que 43 % des répondants s'attendent à obtenir un rendement de 5 à 10 % sur leurs placements à long terme, ce qui correspond à ce que nous avons pu observer historiquement sur le marché.»