Honda CR-V - Pour plaire, le CR-V retourne sa veste

Le CR-V a toujours été un modèle d’économie de carburant dans sa catégorie, tout en offrant un mode de transport rassurant, doté de quatre roues motrices, aux jeunes familles et aux aventuriers en herbe.
Photo: Le CR-V a toujours été un modèle d’économie de carburant dans sa catégorie, tout en offrant un mode de transport rassurant, doté de quatre roues motrices, aux jeunes familles et aux aventuriers en herbe.

En 1997, la première génération du Honda CR-V avait permis à son constructeur de mettre un pied dans le marché des utilitaires sport. La situation était bien différente alors, car les ventes de ce type de véhicules étaient en pleine expansion. À cette époque, le grand public ne les percevait pas comme un fléau environnemental, et conduire un VUS n'était pas encore associé à un acte antisocial, voire une forme de mépris caractérisé pour notre planète et son écosystème fragile.

Mais il ne faut pas faire d'amalgame, car tous les VUS ne sont pas nés égaux devant les enjeux écologiques: le CR-V portait dès sa naissance les gènes qui ont fait le succès des produits Honda partout dans le monde: c'était un véhicule ludique, sécuritaire, mais, surtout, propre et frugal avec son petit moteur quatre cylindres. En effet, le CR-V a toujours été un modèle d'économie de carburant dans sa catégorie, tout en offrant un mode de transport rassurant, doté de quatre roues motrices, aux jeunes familles et aux aventuriers en herbe. Le modèle 2007 marque cependant un virage important pour le CR-V: tout en restant un petit utilitaire sympathique et sobre, il prend acte des changements de valeurs de sa clientèle et évolue vers une typologie plus actuelle. Ses formes sont désormais plus rondes, sa garde au sol abaissée, et son comportement routier s'est raffiné au point d'être comparable à celui d'une berline respectable.

Moins utilitaire, mais plus utile

Ce nouveau CR-V a donc l'air un peu moins utilitaire et un peu plus civilisé, notamment grâce à la disparition de la roue de secours autrefois accrochée sur la porte arrière. C'était une des caractéristiques les plus agaçantes du modèle précédent: cette roue obstruait la visibilité et imposait l'emploi d'une porte pivotante qui ne s'ouvrait pas du bon côté, puisque le CR-V avait été conçu pour le Japon, où l'on conduit à droite. C'est maintenant chose du passé, car la roue de secours loge dorénavant sous le plancher de la soute, à l'arrière, et que l'ouvrant est devenu un hayon qui s'ouvre vers le haut. De ce fait, Honda a aussi revu la fonctionnalité de l'espace réservé aux bagages, dont le double plancher peut se superposer pour créer une grande tablette en deux sections. En plus, ce double plancher est réversible, et l'un de ses côtés possède un revêtement robuste, très pratique lors du transport d'outils ou de matériaux de construction.

Maintenant assis sur une plateforme dont il partage la géométrie avec l'Acura RDX, le nouveau CR-V résiste à la tentation de grossir pour céder aux pressions des études de marché qui réclament toujours plus de ceci et plus de cela. D'autres constructeurs deviennent esclaves de ces revendications de leur clientèle et finissent, souvent, par dénaturer un modèle et lui faire perdre son charme initial. Ici, Honda a eu la sagesse de faire croître le CR-V par l'intérieur en tassant les organes mécaniques sous le capot pour créer un habitacle plus spacieux. Et cela, sans que les dimensions générales du véhicule augmentent vraiment.

Bec de lièvre

Comme il fallait s'y attendre, les designers de Honda n'ont pas été fichus, une fois de plus, de dessiner une calandre adéquate pour ce véhicule. Au bout du capot, cette espèce de groin qui surplombe un orifice de refroidissement en forme de bec de lièvre demande que l'on fasse preuve d'une bonne dose d'indulgence. Pour le reste, la ligne est assez harmonieuse et l'arrivée de ce vitrage latéral au dessin arqué, ainsi que d'un pavillon profilé confirme la migration du CR-V vers une identité moins utilitaire. Étrange, par ailleurs, qu'on l'ait affublé de ce bas de caisse sombre dont le motif peut faire penser à une auto tamponneuse ou à un remorqueur portuaire.

Pour les occupants, un ensemble très complet de dispositifs de sécurité équipe toutes les versions du CR-V. Les places arrière sont modulables puisque la banquette asymétrique, en deux sections, est montée sur glissières. Le dossier de cette banquette se rabat en trois sections de type 40-20-40. Le conducteur a droit à un volant à la fois réglable en hauteur et télescopique, ainsi qu'à une instrumentation complète, claire et lisible.

En Amérique du Nord, Honda limite les choix mécaniques au minimum: seulement un moteur quatre cylindres i-VTEC de 2,4 litres est au programme. Et pour l'épauler, il n'y aura qu'une boîte automatique à cinq rapports, la boîte manuelle n'étant plus offerte en 2007. Les Européens, quant à eux, ont droit à un diesel ainsi qu'à la boîte manuelle. Il s'agit probablement d'une combinaison qui aurait fait fureur auprès des acheteurs québécois, mais ces décisions sont prises aux États-Unis, où l'on se fiche éperdument des desiderata des automobilistes de la Belle Province. Par contre, pour rendre son prix plus accessible, la version la plus dénudée du CR-V se verra amputée de sa traction intégrale. Depuis longtemps, les Américains du Sud ont pris l'habitude d'acheter des utilitaires dont seulement une paire de roues est motrice, mais il est assez étonnant que Honda importe cela sous nos latitudes. Précisons, par ailleurs, que le moteur et le système de répartition de la puissance motrice ont fait l'objet d'améliorations importantes par rapport au modèle précédent.

Opportuniste?

Certains vont penser que le CR-V renie un peu ses origines en devenant ce qu'il convient maintenant d'appeler un «véhicule multisegment». En taille et en motorisation, il reste fidèle à lui-même. Cependant, il sait se réorienter en profondeur pour profiter du vent qui tourne. Et, comme Jacques Dutronc le chante dans L'Opportuniste, le CR-V, s'il pouvait le faire, fredonnerait sûrement: «Il y en a qui contestent, qui revendiquent et qui protestent. Moi je ne fais qu'un seul geste, je retourne ma veste. Toujours du bon côté»

Collaborateur du Devoir

FICHE TECHNIQUE Honda CR-V

- Moteur : I4 2,4 litres

- Puissance : 166 ch / 161 lb-pi

- 0 à 100 km/h : 10,5 s

- Vitesse maximale : 180 km/h

- Consommation : 9,5 L/100 km

- Échelle de prix : 27 700 $ (LX 2RM) à 37 400 $ (EX-L avec système de navigation)